Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - EPI – Cinq accessoires dans le vent

EPI – Cinq accessoires dans le vent

3 juin 2019
<span>EPI</span> – Cinq accessoires dans le vent

Les progrès de l’électronique et l’apparition de nouveaux matériaux modifient les tenues de chantier. La preuve par l’exemple avec cette sélection.

(Photo ci-dessus : les bouchons à modulation sonore Peltor EEP-100 de 3M. © 3M)

Veste et gilet : la gamme Protection Active Flash d’Uvex

© Uvex

Lors de travaux de nuit, la visibilité des compagnons reste un problème. Les tenues réfléchissantes ont bien sûr amélioré la situation. Pour autant, dans certains cas où la luminosité est très faible, un surcroît de clarté serait le bienvenu. Commercialisée depuis le début de l’année en France, la gamme de vêtements Protection Active Flash d’Uvex apporte ce complément au moyen de fibres optiques lumineuses prises dans l’étoffe. La marque a travaillé avec le fabricant d’éclairages Osram pour concevoir ce système. La lumière diffusée par les fibres provient de diodes électroluminescentes (LED) fixées à leur extrémité. Ces dernières sont alimentées par une petite batterie qui se range dans une poche prévue à cet effet. Son autonomie maximale atteint 8 h.

Les fils et les composants électroniques sont placés dans le dos du gilet entre le tissu externe et la doublure. Ainsi encapsulés, ils ne craignent pas l’eau. Les équipements peuvent être ainsi nettoyés à la machine (20 lavages garantis selon l’entreprise). Si l’humidité traverse tout de même la doublure, la tension de 5 V ne présente pas de risque pour le porteur. L’industriel garantie une durée de vie de 2 500 h.

 

Chaussures : la Snugboot de Dunlop Protective Footwear

© Dunlop Protective Footwear

Si les bottes de chantier protègent les pantalons, elles se montrent souvent un peu lâches au niveau de la cheville. Le constructeur Dunlop Protective Footwear a travaillé sur le sujet. Lancée à Préventica en mai dernier, sa nouvelle Snugboot tient bien aux pieds. Pour parvenir à ce résultat, le groupe a imaginé pour sa tige un matériau spécifique, le Purotex. Celui-ci est principalement composé d’une mousse souple qui épouse la forme de l’articulation. Une membrane intercalée entre cette mousse et la couche extérieure arrête l’eau tout en laissant passer l’air.

L’empeigne est constituée de Purofort, le matériau historique du fabricant. La structure de ce polymère comporte de nombreuses bulles d’air qui améliorent sa résistance thermique. Elles réduisent également le poids de la pièce. Toujours dans un souci de légèreté, l’embout de protection des orteils est en fibre de verre. Enfin, la semelle extérieur est conçue pour éviter les dérapages.

 

Chaussures : semelle pour le contrôle de charge de Rcup

Créé en 2014, Rcup conçoit des semelles connectées sur-mesure pour les professionnels. Plusieurs applications sont possibles : le suivi d’activité, la localisation de travailleur isolé ou le contrôle des machines à distance. Néanmoins, dans ces domaines, son idée se trouve en concurrence avec de nombreux systèmes. En revanche, le produit de la jeune entreprise se distingue par sa capacité à détecter un port de charge trop important.

Un responsable peut définir dans un tableau de bord un poids maximal à soulever. Si un opérateur dépasse cette limite, l’accessoire plantaire se mettra à vibrer.

 

Gants : la gamme Duracoil de Showa

Le modèle Duracoil 577. © Showa

À l’image des bottes, les gants se révèlent souvent pénibles à l’usage. Trop large, ils gênent les mouvements. Prêt de la peau, ils irritent l’épiderme. Les fabricants ont donc cherché de nouveaux composants agréables à porter sans entraver la préhension. Entre autres exemples, la société japonaise Showa a annoncé en début d’année la sortie en Europe de sa gamme Duracoil. La doublure de ces modèles est confectionnée avec le textile éponyme. Ses fils sont constitués de filaments de polyester entouré d’une fibre résistante aux coupures. Elle-même est enroulée dans du polyéthylène destiné à renforcer l’ensemble. L’équipement ainsi obtenu s’avère très difficile à déchirer tout en restant léger et bien ajusté.

Cette nouvelle série comporte des produits conçus en fonction des besoins des différents métiers concernés. Trois produits intéresseront plus particulièrement le BTP : le Duracoil 346 dont la paume est recouverte de latex afin d’améliorer l’adhérence et protège la trame contre les frottements. Celui-ci sera employé dans le cadre de la manipulation de pièces sèches. Si un compagnon doit manœuvrer des éléments de métal coupant ou des objets recouverts d’huile, il optera plutôt pour les références Duracoil 576 ou 577. L’intérieur de la main est alors revêtu d’une mousse de nitrile qui empêche les infiltrations de corps gras. Le dos de l’accessoire est également trempé au nitrile (au trois quarts pour le 576, complétement pour le 577) en vue d’éviter toute propagation.

 

Protection auditive : les Peltor EEP-100 de 3M

© 3M

Si les protections auditives sont indispensables sur les chantiers, il n’en reste pas moins qu’elles isolent le compagnon de son environnement. Le groupe 3M s’est donc engagé dans la conception de bouchons d’oreille à modulation sonore. Ceux-ci intègrent un micro qui une fois allumé diffuse les bruits avoisinants dans le conduit auditif du porteur. La dernière mouture de ce concept, les Peltor EEP-100, propose trois réglages : le niveau bas, où les sons communiqués sont atténués de 6 dB par rapport à l’extérieur ; le niveau normal, où le volume n’est pas modifié ; et enfin le niveau haut, où le signal est amplifié de 6 dB. Par ailleurs, pour protéger l’ouï de la personne, le système ne transmet pas les sons dont l’intensité dépasse 82 dB. Selon le constructeur, la forme du micro a été conçue de manière à réduire les nuisances dues au vent.

Alors que son prédécesseur était alimenté par des piles, la nouvelle version incorpore des batteries. Elle affiche une autonomie maximale de 16 h. La recharge s’effectue par le biais du boîtier de rangement. Celui-ci possède un port micro USB. Il suffit de placer les deux accessoires à l’intérieur et de le raccorder à une source de courant. La charge complète nécessite environ 3 h.

M. D.