Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Déconfinement – L’industrie mécanique alerte sur l’attitude des Maîtres d’ouvrage.

Déconfinement – L’industrie mécanique alerte sur l’attitude des Maîtres d’ouvrage.

28 avril 2020
<span> Déconfinement <span/> – L’industrie mécanique alerte sur l’attitude des Maîtres d’ouvrage.

Dans un courrier adressé au ministre de l’Economie et des Finances, la Fédération des Industries Mécaniques* (FIM), s’inquiète de la possibilité d’une nouvelle fermeture des sites de production. En cause, la réticence des maîtres d’ouvrage à la reprise des chantiers.

Certes, les fédérations de la construction et le gouvernement se sont accordés sur les conditions sanitaires permettant le redémarrage de l’activité de la filière. Mais un point de blocage persiste, faute d’instructions pour redémarrer les travaux de la part de maîtres d’ouvrage. Il y a urgence : le chiffre d’affaires des entreprises françaises produisant des solutions métalliques de voirie pour les chantiers français connaît, depuis le début de cette crise, un effondrement de 90 %. Face à ce constat, les 21 organisations professionnelles fédérées par la FIM, considèrent que le Gouvernement et les associations d’élus doivent lever les blocages et envoyer un signal très clair de réo4uverture des chantiers aux Maîtres d’ouvrage publics et territoriaux, qui pourrait prendre pour dernière échéance la date officielle  retenue de début de confinement fixée au 11 mai. L’enjeu est capital : sans ce retour indispensable des Maîtres d’ouvrage dans le processus de décision, c’est toute la chaîne de production (industrie et BTP), et de service (BET, installateurs), qui restera à l’arrêt.

Adaptation

Dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, au sein de la FIM, les différentes organisations professionnelles, dont les syndicats ARTEMA, EVOLIS, Fédération Forge Fonderie, représentant des industriels fournisseurs et équipementiers du bâtiment et des travaux publics, se attachées à d’accompagner les entreprises dans la reprise de leur activité industrielle. Au prix d’un important travail de réorganisation des sites de production visant à garantir au personnel employé le plus haut niveau possible de sécurité sanitaire, 60 à 80% des entreprises selon les secteurs, ont réactivé leur production, ne serait-ce que partiellement. Il y a encore un mois, elles étaient autant à être totalement fermées. Ces entreprises sont donc en capacité d’honorer les commandes enregistrées avant le déclenchement de la crise, de satisfaire de nouvelles commandes pour autant qu’elles nous soient passées, et de livrer les chantiers. C’est cette dynamique vertueuse pour l’économie de la Nation, pourtant menacée par la non réouverture des chantiers, qu’il est vital de préserver, au risque, à très court terme, faute de pouvoir livrer les commande produites, de déclencher un mouvement de fermeture des sites industriels.

J-N.O

*La FIM en chiffres

 

135 Mds € : chiffre d’affaires dont

50% à l’export

21 syndicats professionnels

615 000 emplois directs.