Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Covid-19 – Des logiciels de suivi sanitaire des chantiers gratuits le temps de la crise

Covid-19 – Des logiciels de suivi sanitaire des chantiers gratuits le temps de la crise

4 mai 2020
<span>Covid-19</span> – Des logiciels de suivi sanitaire des chantiers gratuits le temps de la crise

Au cours des dernières semaines, les développeurs Finalcad et Wizzcad ont mis à disposition gratuitement des applications de partage et d’archivage des documents liés à la préventions de l’épidémie sur les chantiers.

(Photo ci-dessus : le crépuscule du Covid-19 sera-t-il l’aurore du numérique ? CEGOH/PIXABAY)

Les crises laissent des cicatrices dans nos comportements. Certaines habitudes disparaissent, d’autres apparaissent. Les mesures prises pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 nous encouragent à employer de nouveaux outils de communication. Convaincus par cet essai, nous les adopterons pour les années à venir. Finalcad et Wizzcad tireront peut-être parti d’une semblable persistance. Les deux éditeurs de logiciels proposent chacun une application gratuite de suivi sanitaire des chantiers, des interfaces qui pourraient simplifier les tâches des directeurs de travaux.

Chez Finalcad, ce mouvement d’assistance a débuté après le 15 mars, et l’annonce du confinement. Le développeur du logiciel du même nom, destiné à la gestion des chantiers, a rapidement mis en ligne une version gratuite Finalcad Live, sa messagerie instantanée imaginée pour les intervenants d’un projet de construction. Elle donne la possibilité de partager des événements, des documents ou des photos. La société y a d’abord préenregistré les formulaires requis lors d’une mise en sécurité d’un chantier (mise en sécurité du personnel et du matériel, inventaire des matériaux, contrôle de fermeture des accès). Le nombre d’utilisateur n’est pas limité.

Questionnaire numérique

Elle lui a désormais ajouté les questionnaires de santé rédigés par l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP). Un employeur peut s’appuyer dessus pour déterminer l’état d’un salarié. Finalcad a adapté les questions afin que les résultats puissent être communiqués à tous les participants du groupe, sans violation du règlement général sur la protection des données (RGPD). « Notre logiciel complet intègre un générateur de formulaire simple à utiliser. Nos clients les plus familiers de ce système n’ont donc pas attendu notre intervention pour créer ces supports », remarque Frank Le Tendre, président-directeur général de Finalcad.

Cette démarche s’adresse donc surtout aux néophytes. « La gratuité est une manière de contribuer à la reprise de l’activité, indique-t-il. À la suite de ce lancement, nous avons eu une centaine de demandes pour la création d’un compte. Cependant, il faudra attendre que les chantiers redémarrent pour vraiment mesurer son taux d’utilisation. » Un redémarrage qui s’amorce tout juste : « l’activité sur notre plate-forme est revenue à un niveau comparable à la semaine du 15 mars. Environ 10 % de nos utilisateurs sont connectés. La reprise est plus rapide dans les travaux publics. Il est plus facile d’y respecter les distances de sécurité. »

Se hâter avec prudence

Son concurrent Wizzcad a mis en ligne le 23 avril de l’application gratuite « Wizzcad-reprise chantier ». Cette déclinaison de son logiciel d’échange et de traitement d’information contient tous les documents publiés par l’OPPBTP à propos du Covid-19, dont les affiches de recommandations sanitaires. Selon Marc Germain, co-fondateur de l’entreprise et vice-président chargé des ventes, le développement de ce module fut rapide, deux ou trois jours. « C’est un geste solidaire, pas commercial. Nous souhaitons apporter notre pierre à la lutte contre l’épidémie. Le secteur de la construction ne peut pas continuer à attendre, observe-t-il. Pour autant, les entreprises doivent prendre soin de leurs équipes. »

Les responsables de site pourront aussi remplir des questionnaires de santé au moyen de cet outil. Les résultats vont visibles par les utilisateurs de la plate-forme. « Seul nom de la personne et son état (opérationnel ou pas) est communiqué. Les réponses aux questions n’apparaissent pas, précise le vice-président. Wizzcad est une application française hébergée en France. Elle n’est donc pas soumise au « Cloud Act » américain, qui n’est pas compatible avec les obligations du RGPD. » Promulguée en mars 2018, cette loi autorise les forces de l’ordre américaines a exigé n’importe quelle donnée des fournisseurs américains de services numériques, qu’elle soit hébergée outre-Atlantique ou ailleurs. Ce texte va à l’encontre de la préservation de la vie privée, principe défendu par le RGPD. Autre point important, le nombre d’utilisateurs et de chantiers enregistrés ne sont pas restreints.

Le 30 avril, l’application comptait 105 entreprises connectées, chacune possédant entre un et quinze chantiers, pour un total d’environ 500 chantiers suivis. Elle a également été mise à disposition des clients des autres modules de Wizzcad.

Fin de partie à l’automne

Les entreprises intéressées par l’une de ces applications peuvent en bénéficier en contactant les éditeurs par le biais de leur site internet. Wizzcad a prévu d’offrir son application jusqu’au 30 septembre. « On peut imaginer des usages plus larges que le chantier, analyse Marc Germain. Par exemple, une société qui souhaite connaître l’état de santé de ses collaborateurs pourrait leur demander de répondre à distance au questionnaire. »

Finalcad n’a pas encore fixé la fin de son opération. Sans doute à l’automne également, quand la majorité des chantiers auront recommencé. Frank Le Tendre invite les directions de groupe à s’emparer de ce sujet : « il faudrait maintenant s’assurer que ces outils sont utilisés partout. Ces initiatives doivent être menées à l’échelle de l’entreprise, non d’un chantier ou d’une agence. Par ailleurs, de par notre présence en Asie, nous avons travaillé avec des acteurs familiers de ces épidémies. Nous avons adapté notre logiciel pour répondre à leurs besoins : un contrôle strict des accès et la gestion des éléments préfabriqués, de la logistique jusqu’à la pose. Ces derniers réduisent l’ampleur des opérations sur site. Ce sont des expériences que nous pouvons partager. » Nous saurons dans quelques années si l’habitude à prise.

M. D.