Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Construction – Valorisation des marques françaises : le Top du secteur de la construction

Construction – Valorisation des marques françaises : le Top du secteur de la construction

10 avril 2017
<span>Construction</span> – Valorisation des marques françaises : le Top du secteur de la construction

Chaque année, Brand Finance évalue les marques et dresse le palmarès des sociétés les plus valorisées. Chantiers de France vous propose de découvrir les marques françaises du secteur de la construction les mieux cotées et l’évolution de leur classement en 2017.

vinci-p1Le principe défini par le cabinet spécialisé dans la valorisation, consiste à analyser chaque marque en termes de puissance (basées sur des facteurs tels que l’investissement marketing, la familiarité, la loyauté, la satisfaction du personnel, la réputation de l’entreprise). La force de la marque est ensuite exprimée par une notation, allant de D jusqu’à AAA+, avant d’être utilisée dans le calcul final de la valeur de la marque.

Le Top 2017 des entreprises de la construction :

Société                    Rang/50      Evolution

  1. Vinci                    16               =
  2. Bouygues           19               +
  3. Veolia                  29              +
  4. Eiffage                44               +

Le Top des fournisseurs de matériaux :

  1. Saint Gobain      22               –
  2. Lafarge                45               –
  3. Rexel                    49               –

Précisions

Lafarge représente l’une des diminutions les plus rapides dans le classement, enregistrant une chute de 18%, à 2,1 milliards d’euros. En cause, la réputation de Lafarge, affectée par les révélations selon lesquelles des fonds de protection auraient été versées à l’Etat islamique par une usine proche d’Alep (Syrie).

En outre et avant de se rétracter, le groupe cimentier avait exprimé sa disponibilité à fournir des matériaux pour la construction du mur que le Président des Etats-Unis entend ériger à la frontière avec le Mexique. Le rapport Brand note que « près de deux ans après sa fusion avec Holcim, les deux entités restent deux marques distinctes dans la même industrie.

Compte tenu des économies d’échelles potentielles et de la portée supplémentaire d’une marque unifiée, le développement d’une telle architecture devrait être au sommet de l’agenda LafargeHolcim. Les récents problèmes d’image de Lafarge et la baisse de la valeur de la marque pourraient  rendre la question encore plus urgente.

J-N.O