Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés, Matériels - Conjoncture – La crise sanitaire amplifie la contraction des ventes de matériels

Conjoncture – La crise sanitaire amplifie la contraction des ventes de matériels

1 juin 2020
<span>Conjoncture</span> – La crise sanitaire amplifie la contraction des ventes de matériels

Attendues en léger repli en 2020 après un cycle de croissance soutenue, les ventes de matériel de chantier se sont contractées au cours des trois premiers mois de l’année. La longue période de confinement a logiquement aggravé la situation, laissant augurer un niveau de marché en fort repli au premier semestre. Décryptage.

Les années d’élection municipales marquent traditionnellement l’inflexion du cycle qui régit l’activité des entreprises de Travaux Publics et, par conséquence, celle des ventes de matériels de chantier. Après avoir renoué avec ses plus hauts historiques en 2019, l’année en cours devait se traduire par un repli des ventes, les utilisateurs finaux comme les loueurs ayant budgétisé des investissements inférieurs à ceux des années précédentes. L’évolution des ventes au cours du premier trimestre 2020, traduit effectivement le ralentissement attendu.

Évolution des ventes de matériels en France (1er trimestre 2020/1er trimestre 2019)*

+71,4% : niveleuses
-6,1% : tracteurs à chaines
-13,2% : pelles sur pneus
-15,3% : pelles sur chenilles>6t
-16,3% : mini-pelles sur chenilles
-18,8% : tombereaux articulés et rigides
-24,1% : chargeuses-pelleteuses sur pneus
-24,2% : chargeuses sur pneus
-43,6% : chargeurs compacts

Ventes de matériels de terrassement en unité (cumul Janvier-Avril 2020)*.

3 814 mini-pelles
1 237 pelles sur chenilles >6t
806 chargeuses sur pneus
464 pelles sur pneus
196 chargeurs compacts
92 chargeuses-pelleteuses
73 tombereaux articulés et rigides
58 tracteurs à chaînes
14 niveleuses

A l’exception notable des chargeurs compacts, des chargeuses pelleteuses et des chargeuses sur pneus, le recul du marché au cours du premier trimestre est limité à 18,2% pour l’ensemble des matériels de terrassement. Un repli qui est à relativiser dans la mesure où, pour certaines lignes de produits, le niveau de référence est exceptionnellement élevé. C’est le cas des gammes compactes, où le poids des loueurs se fait sentir en début d’année. De même, le « bond » des ventes de niveleuses est certes spectaculaire mais il ne porte que sur une dizaine de machines. Les chiffres du premier trimestre sont conformes aux prévisions de la filière en début d’année.  Si l’on considère que la deuxième quinzaine du mois de mars a été transparente pour la profession, avec l’annonce du confinement et l’arrêt immédiat des chantiers qui en a résulté, ils traduisent même une bonne résistance. De fait, jusqu’au 17 mars, les entreprises de TP continuaient de « pousser » du carnet de commandes. Ceux du deuxième trimestre seront nettement plus mauvais. Ils illustreront les premiers  impacts de la crise sanitaire et ses effets collatéraux, aux premiers rangs desquels figure le report du second tour des élections municipales, mais aussi les prémices de la crise économique sans précédent qui en découle.

Évolution des ventes de matériels en France (Cumul Janvier-Avril 2020/Cumul Janvier-Avril 2019)*.

+17% : niveleuses
-19%:  tracteurs à chaines
-25% : pelles sur chenilles>6t
-26% : mini-pelles sur chenilles
-32% : pelles sur pneus
-32% : tombereaux articulés et rigides
-35% : chargeuses sur pneus
-37% : chargeuses-pelleteuses
-47% : chargeurs compacts

 

Les fournisseurs de matériels de chantier, comme leurs clients, les entreprises de TP, ne surmonteront pas cette situation sans une relance urgente des appels d’offre. L’impact de la crise sur les recettes des collectivités locales est d’ores et déjà estimé à plusieurs milliards d’euros, jusqu’à 9 milliards d’euros en 2020 selon une première estimation de la FNTP. Pour rappel, sous le précédent quinquennat, la baisse des dotations de l’ordre de 11,5 milliards d’euros en trois ans avait conduit à une forte baisse de l’investissement public local de -18% entre 2013 et 2016 et une baisse de plus de 20% de l’activité des travaux publics auprès des collectivités locales. Si le trou d’air observé actuellement dans les appels d’offre se poursuit, les carnets de commande des TPE/PME en viendraient très rapidement à se vider. Sans attendre les plans de relance qui seront discutés une fois la crise sanitaire passée, il convient de soutenir immédiatement la commande publique locale qui menace de s’effondrer. La solution ? Des mesures d’incitation forte à l’investissement local, en sus des mesures indispensables pour éviter le choc de trésorerie que les entreprises connaîtront à l’été par l’addition du report des charges à payer et des surcoûts liés à la crise sanitaire. L’enjeu est d’importance considérant que seule une politique de la demande soutenue des collectivités locales permettra à notre secteur de préserver son tissu économique. L’investissement public est de surcroit l’un des seuls leviers de soutien de l’activité qui demeure dans un contexte d’effondrement de la demande.

*Source Evolis

J-N.O

Légende : Dans un contexte de marché inédit, les ventes de matériels de TP s’inscrivent en baisse au premier trimestre de l’année.