Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Confinement – Pas de pause pour les éditeurs de logiciels

Confinement – Pas de pause pour les éditeurs de logiciels

1 juin 2020
<span>Confinement</span> – Pas de pause pour les éditeurs de logiciels

Dans le monde de la construction, les concepteurs de logiciels ont connu un confinement très actif. Leurs clients avaient brusquement besoin de nouveaux outils numériques. Une réponse rapide constituait une belle occasion de mettre en avant ses produits.

(Photo ci-dessus : La société Resolving a numérisé le questionnaire de santé auquel doit répondre chaque compagnon à son arrivée sur le chantier. RESOLVING)

Le confinement décrété le 17 mars par le gouvernement a figé le secteur du BTP pendant près de deux mois. Durant cette période, la plupart des entreprises ont hiberné. Elles ont maintenu un fonctionnement minimal en attendant un climat plus favorable aux mouvements. Les éditeurs de logiciels comptent parmi les exceptions. Les mesures d’urgence sanitaire ont créé une situation sans précédent, propice à un usage plus intensif des technologies de l’information et la communication. C’était le moment d’être à l’écoute et d’expérimenter.

Conceptrice d’une plate-forme collaborative destinée à la conduite des chantiers, Resolving s’est ainsi vu demandé par ses clients de numériser les documents de contrôle sanitaire recommandés par le guide de l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics). Le logiciel de la société est entre autres utilisé lors des contrôles des chantiers, afin de répertorier et de partager les défauts de construction. « Les exigences liées aux contrôles sanitaires sont très fortes et les entreprises doivent être en capacité d’apporter toutes les preuves nécessaires et le digital leur facilite la tâche, observe Hakim Fagoul, directeur général de Resolving. Notre produit est prévu pour numériser tout type de contrôle sur les chantiers et cette extension des contrôles sanitaires s’est imposée d’elle-même. Nous l’avons mis à disposition de toute la communauté fin avril et l’ensemble du marché de la construction début mai. »

Un encouragement à la numérisation

À l’image de ses concurrents Finalcad et de Wizzcad, le dispositif imaginé par Resolving donne la possibilité à un responsable de remplir le questionnaire de santé sur une tablette. Le compagnon peut ensuite signer ce formulaire électronique. Le document est automatiquement archivé. « En s’appuyant sur Resolving, nos clients savent qu’ils respecteront la RGPD puisque nous l’appliquons  », souligne le directeur général. À cette fonction principale est complété par deux autres fiches, l’une consacrée au prérequis à respecter avant la réouverture du chantier, l’autre liste les différents points à vérifier régulièrement.

Aujourd’hui, cette interface contribue au suivi sanitaire de plusieurs centaines d’opérations. « Ce projet a montré à nos interlocuteurs qu’ils pouvaient réfléchir à la digitalisation de n’importe quel processus, analyse Hakim Fagoul. Cela les invite à aller plus loin. Ils ont également pu constater que cette avancée ne demandait pas beaucoup d’efforts. Ils ont pu le faire très rapidement pour le contrôle sanitaire et ce pour des chantiers de toutes tailles. Dans les secteurs de la construction et de l’immobilier, nous pouvons les accompagner dans leurs réflexions et démarches de digitalisation.  »

Essais gratuits

Après cette première vague d’épidémie, les consciences semblent mûres pour adopter de nouvelles méthodes. Il s’agit de les encourager dans cette direction. Le groupe MCS, dont de nombreux loueurs de matériels utilisent le logiciel de gestion de location, a donc entrepris de mettre en avant certaines options intéressantes de son catalogue. « Certains de nos clients loueurs ont continué à travailler, précise Morane Trabelsi, directeur commercial de MCS France. Pour leur faciliter la tâche, nous leur avons offert deux modules de notre logiciel MCS-rm depuis début avril : E-sign, notre dispositif de signature électronique, donc zéro papier, et la facturation des jours partiels , du fait de tous les arrêts de chantier qu’ils ont dû gérer. »

Durant ces mois de télétravail, où les transferts de documents sont plus difficiles, la signature électronique se révèle précieuse. Avec E-sign, l’interlocuteur du loueur peut signer un devis ou une commande avec sa souris en tapant son nom. « Tous les échanges commerciaux sont ainsi accélérés. Nos clients sont intéressés par ce procédé, surtout en France », remarque le directeur commercial. En outre, le texte du courrier ne peut pas être modifié. Le logiciel assure un suivi de l’envoi : l’expéditeur peut voir si le destinataire a ouvert son message. Il garde aussi en mémoire les fichiers envoyés. Quant à la facturation des jours partiels, elle donne la possibilité de modifier le montant des jours de location, en cas de baisse d’activité.

Ces deux modules seront gratuits jusqu’en septembre prochain. En parallèle, la branche hexagonale du groupe a mis en place une page internet pour aider les utilisateurs. Ils peuvent y trouver des vidéos et des webinars consacrés aux fonctionnements du logiciel.

Les appels d’offres continuent

AOS a également constaté une demande accrue pour la signature électronique. Cette jeune entreprise a lancé en juillet 2018 un logiciel d’appels d’offres, spécialement conçu pour le secteur du BTP. Dans son domaine, l’activité a connu un ralentissement moindre que dans les secteurs liés directement au chantier.

La semaine de confinement, les connexions à sa plate-forme ont seulement baissé de 10 % par rapport à la semaine précédente. « C’est le même pourcentage que nous constatons durant le mois d’août, indique Alexandre Brochot, président et cofondateur d’AOS avec son associé Thomas Cassou. Les entreprises ont continué à chercher de nouveaux marchés et les donneurs d’ordre ont lancé de nouvelles opérations. Dès le 11 mai 2020, les connexions ont augmenté de 20 %. Durant le mois de mai, nous avons enregistré l’inscription de 2 900 utilisateurs. En outre, notre chiffre d’affaires a augmenté de 40 % pendant le confinement. Nous avons notamment signé plusieurs contrats-cadres durant cette période. » Le logiciel compte aujourd’hui 35 000 utilisateurs.

Développement accéléré

La conjoncture restait donc favorable. Une seule contrariété, les utilisateurs étaient en télétravail. « Nos clients ont dû résoudre un problème qu’ils n’avaient jamais connu : passer en télétravail complet, du jour au lendemain, relate Alexandre Brochot. Nous avons tout de suite demandé à nos membres comment nous pourrions adapter notre produit à cet impératif. Il nous a été remonté le besoin de pouvoir signer les documents électroniquement : les devis, les plans, les marchés ou d’autres pièces administratives. Nous avons accéléré le développement de cette fonctionnalité en doublant nos équipes techniques sur le sujet. »

Cette nouvelle option est disponible depuis le 7 mai. « Nous avons depuis recensé plus de 250 commandes de signatures électroniques sur des projets en cours ou à venir », ajoute-t-il. Les prochains mois s’annoncent incertains pour la construction, mais AOS reste ambitieux : « nos recrutements vont s’accélérer, de nouveaux modules et services vont sortir et notre internationalisation va s’accélérer », conclut Alexandre Brochot.

M. D.