Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Carrières – Mineurs de surface, une alternative au minage

Carrières – Mineurs de surface, une alternative au minage

9 novembre 2016
<span> Carrières</span> – Mineurs de surface, une alternative au minage
Andreas Marquardt, directeur commercial de Wirtgen GMBH : « Protection de l’environnement, sélectivité de l’extraction, maîtrise de la granulométrie, modes de chargement des matériaux… Les avantages de la fraiseuse de roche sont nombreux. Dans la comparaison avec l’abattage à l’explosif, ces arguments sont importants, sans parler du rendement et de la possibilité de se passer de foreuses, de chargeuses, de marteaux hydrauliques et de concasseurs primaires. »

Andreas Marquardt, directeur commercial de Wirtgen GMBH : « Protection de l’environnement, sélectivité de l’extraction, maîtrise de la granulométrie, modes de chargement des matériaux… Les avantages de la fraiseuse de roche sont nombreux. Dans la comparaison avec l’abattage à l’explosif, ces arguments sont importants, sans parler du rendement et de la possibilité de se passer de foreuses, de chargeuses, de marteaux hydrauliques et de concasseurs primaires. »

Des arguments de poids militent en faveur de l’utilisation de mineurs de surface ou de fraiseuses de roches en carrière, argumente Andreas Marquardt, directeur commercial de Wirtgen GMBH. La possibilité de travailler en sécurité sans explosif (ni plans de tir à organiser) en éliminant le bruit ou les vibrations susceptibles de nuire aux riverains et à certaines installations sensibles (nucléaire…). La possibilité également de réaliser une extraction sélective sur les sites ou dans les gisements qui présentent des filants plus ou moins horizontaux. L’angle et la profondeur de coupe peuvent être programmés sur ordinateur au centimètre près, ce qui favorise une gestion maîtrisée de la nature et de la qualité des matériaux à livrer. Exit les foreuses de minage, les marteaux hydrauliques, les chargeuses et les concasseurs primaires : la machine se charge aussi des opérations d’abattage et de concassage de la roche puis de chargement dans la benne ou dans le concasseur secondaire en une seule passe. La granulométrie et ses variations sont contrôlées à l’avancement de la fraiseuse en fonction de la fréquence de rotation du tambour de taille (80-160 Hz).

Les rendements sont au rendez-vous. En Algérie, rapporte Andreas Marquardt, un carrier a réussi à charger une benne de 65 t de calcaire en trois minutes, 1 200 tonnes heures de granulats présentant dans la granulométrie recherchée. Dans une autre carrière de minerai de fer à ciel ouvert en Australie, une machine de la marque (4 200 SM) extrait jusqu’à 4 000 t heure de matériaux. La machine offre bien d’autres avantages. Les zones exiguës, qui sont souvent difficiles à traiter à l’explosif, peuvent l’être à la fraiseuse de roches. Celle-ci peut être équipée de tambours de fraisage spéciaux – charbon, gypse, calcaire, phosphate…

L’exploitant peut également de choisir entre deux modes de chargement : tapis de transfert vers la benne ou dépôt du matériau entre les chenilles en cordon à l’arrière de la machine. Celui-ci est collecté alors avec des chargeuses en fonction de sa nature et de sa qualité. Par ailleurs, la fraiseuse laisse une surface propre, nette et stable derrière elle. Des camions munis de pneus standards peuvent accéder sur le carreau pour évacuer les cailloux. Dans la gamme du constructeur, les 2500 et 4200 SM possède un tapis de déchargement pivotant à 180°, souligne le directeur commercial. Conçu sur la base du premier modèle, le Vario Miner pourra adapter son régime moteur à la force d’impact du tambour sur le matériau. Cette machine de 130 t coupera des matériaux encore plus durs que la 2500 SM. Toujours à l’état de prototype, ce nouveau modèle sera commercialisé avant la fin de l’année.

Christian Burelle, président de Vermeer : « Nos machines permettent de supprimer les nuisances liées aux tirs à l’explosif, bruit ou vibrations. »

Christian Burelle, président de Vermeer : « Nos machines permettent de supprimer les nuisances liées aux tirs à l’explosif, bruit ou vibrations. »

D’autres constructeurs proposent des excavatrices de surface équipées d’une tête de havage. C’est une alternative au minage dans la mesure où elles permettent au carrier de supprimer les nuisances liées aux tirs à l’explosif, bruit ou vibrations, explique Christian Burelle, président de Vermeer. Sur le principe, ces machines permettent de raboter des roches tendres et dures sur une largeur de 3,60 m et une profondeur de 53 cm en laissant un cordon de matériaux primaires (0/400) qui sera repris par une chargeuse ou une pelle puis conduit au concasseur, détaille Patrick Ridacker, responsable commercial chez Vermeer France. Dans sa gamme (Terrain Leveler SEM), l’industriel canadien met l’accent sur un modèle (T1255III) équipé d’une tête de fraisage inclinable et d’un logiciel d’ajustement des paramètres d’extraction. En option : le téléchargement de plans de travail par GPS et un système de télécommande de la machine.

J.D