Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Assureurs crédit – Trois fédérations professionnelles saisissent le Ministre de l’Economie et la Médiation des entreprises

Assureurs crédit – Trois fédérations professionnelles saisissent le Ministre de l’Economie et la Médiation des entreprises

12 mai 2020
<span> Assureurs crédit <span/> – Trois fédérations professionnelles saisissent le Ministre de l’Economie et la Médiation des entreprises

Face au désengagement des assureurs-crédit, Artema, DLR, Evolis, qui ont décidé d’agir conjointement, ont engagé une démarche sans précédent.

Une décision dictée par les circonstances actuelles qui voient un grand nombre d’entreprises membres des fédérations des industries de la mécatroniques (Artema), des distributeurs, loueurs et réparateurs de matériels de construction et de manutention (DLR), et  des biens d’équipement (Evolis),  actuellement confrontées à un désengagement des Assureurs-Crédit. Une situation qui engendre la dégradation très importante de la cotation des clients de leurs professions respectives.

De fait et si la mise en place par l’État des dispositifs de réassurance publique, CAP et CAP+, répond à de nombreuses problématiques, cela peut entraîner un coût très élevé pour les entreprises des trois professions représentées, au vu des baisses drastiques observées sur ces secteurs d’activités clés. En outre, de nombreux retours sont accompagnés avec  comme motif « Secteur d’activité compliqué et/ou à risque élevé ». Plus grave, un des opérateurs a également décidé la mise en place de franchises sur les indemnisations, ce qui pénalise fortement les entreprises ayant des factures de faibles montants.

« La mise en place de franchises sur les indemnisations, pénalise fortement les entreprises ayant des factures de faibles montants ».

La dégradation nominative de certaines sociétés affiliées à l’assurance-crédit est compréhensible. Néanmoins, selon les assureurs-crédits concernés, un grand nombre de sociétés disposaient d’encours alloués qui ne nécessitaient pas d’accord complémentaire pour permettre des actes de vente ou de location, et dans une grande majorité des cas, en fonction des codes NAF concernés, ces « enveloppes » sont réduites dorénavant à zéro, et ce, sans aucune raison particulière. Certaines décisions invoquées par les assureurs-crédit sont très préoccupantes pour les professions représentées. Cette situation aura un impact dommageable sur la reprise de l’activité et l’on connaît les enjeux du crédit inter-entreprises pour le bon fonctionnement de ces filières. En portant ces éléments à la connaissance du ministre de l’économie et de la Médiation des entreprises, les fédérations sollicitent leur intervention auprès des opérateurs de l’assurance-crédit, afin qu’ils tempèrent leur action et permettent aux entreprises clientes de retrouver un cycle de fonctionnement pérenne.

J-N.O