Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Véhicules industriels – La télématique s’invite à bord

Véhicules industriels – La télématique s’invite à bord

11 janvier 2017
<span>Véhicules industriels</span> – La télématique s’invite à bord

Selon l’Observatoire du Véhicule industriel (OVI), qui vient de présenter le bilan 2016 et les perspectives 2017 de la filière, les systèmes télématiques commencent à équiper les véhicules des professionnels des transports et dans une moindre mesure, ceux qui sont utilisés dans le BTP.

capture-telematique-2L’an passé, le marché du véhicule industriel a retrouvé des couleurs, se hissant à un niveau proche de 2011. En France, les immatriculations de véhicules de plus de 3,5 t ont progressé de 13,2 % sur dix mois à 39 872 unités. Celles de véhicules industriels carrossés de plus de 5 t sont en augmentation de 22,6 % sur onze mois à 18 392 unités. Celles de véhicules spécifiques au BTP (bennes…) sont reparties à la hausse avec une progression de 27,9 % à 5 434 unités. Et celle de véhicules utilitaires légers carrossés se sont appréciées de 13,2 % sur onze mois à 46 225 unités. Dans le mouvement de reprise du BTP, les bennes ont gagné 9,7 % à 12 798 unités. Au total, les immatriculations de véhicules de plus de 5 t devraient augmenter de 13,6 % sur l’année à 47 400 unités, avec une hausse de 9 % pour les tracteurs (27 200) et de 20,4 % pour les porteurs (20 200). Incertitudes liées à la nouvelle administration américaine ou à l’atonie de la croissance européenne : cette année, l’OVI table sur un recul de 3 % (46 000) avec des tracteurs en retrait de 8 % (25 000) et des porteurs en augmentation de 4 % (21 000).

Montée en puissance de la télématique embarquée

capture-telematiqueSelon une étude de Mix Telematics (système de géolocalisation et de gestion de flottes) réalisée par téléphone en avril dernier auprès de 430 dirigeants, gestionnaires de flottes ou directeurs des achats des secteurs du transport et du BTP, 9 millions de véhicules professionnels parcourent 152 milliards de kilomètres et consomment 20 milliards de litres de carburant tous les ans. 11 % seulement de embarquent des solutions télématiques. Pour les 89 % restant, ces systèmes pourraient générer une économie potentielle de carburant de plus de 1,8 milliards de litres, soit un gain estimé à de plus de 2 milliards d’euros.

Dans les différentes filières du transport routier de marchandises, l’intérêt porté à ces solutions est réel. Le BTP se distingue sur l’importance qu’il leur accorde : 48 %, contre 73 %. Le pourcentage d’entreprises qui sont équipées ou qui envisagent de s’équiper en télématique varie selon ces filières, mais le BTP se place en retrait sur tous les postes : applications de géolocalisation (35 %, contre 71 %) ; données de consommation de carburant (28 %, contre 58 %) ; alerte entretien du véhicule (24 %, contre 50 %) ; système de gestion des données sociales (23 %, contre 50 %) ; optimisation des trajets (23 %, contre 50 %) ; gestion des tournées de messagerie (19 %, contre 44 %).

L’OVI y voit trois causes essentielles. Sur ce marché, la gestion des flux est prise en compte, mais sans être jugée déterminante dans la gestion globale de l’activité. Les contraintes réglementaires y sont également moins présentes (sociales, temps de conduite…). Enfin les gisements de productivité sont plus difficiles à modéliser et à manager pour des véhicules oeuvrant sur des trajets courts ou dans des modes statiques non comparables au flux du transport routier de marchandises.

J.D