Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Travaux publics – Signes d’amélioration ténus pour 2016

Travaux publics – Signes d’amélioration ténus pour 2016

19 octobre 2015
<span>Travaux publics</span> – Signes d’amélioration ténus pour 2016

2016 pourrait marquer le début d’une reprise dans le secteur du BTP. Une reprise dont les travaux publics ne profiteront pas encore. Très ténus, les signes d’une amélioration se profilent néanmoins à l’horizon dans cette filière. Analyse d’Euler Hermes.

Le BTP serait sur le point de concrétiser « son important potentiel de croissance en termes de construction de logements et de chantiers stratégiques d’infrastructures qui se matérialise par des opérations de plus en plus complexes et innovantes », écrit Euler Hermes dans sa dernière note de conjoncture, en citant les 26 milliards de travaux d’infrastructures et de logements qui se profilent avec le Grand Paris jusqu’en 2030. Selon l’assureur-crédit, l’activité devrait baisser à nouveau de -1,6% cette année (-20,4% depuis 2008) dans le secteur mais cette baisse serait moins forte qu’en 2014 (-3,6%) et surtout, elle pourrait marquer le début d’une reprise, avec une croissance limitée à +0,7% l’an prochain.

Frémissement dans les travaux publics ?

Différents signaux se précisent dans la construction : ils laissent présager un redémarrage des mises en chantier de logements et un retournement de l’activité dans le non-résidentiel, en lien avec le repli des prix de l’immobilier et le redressement des dépenses d’investissement des ménages. En raison d’une plus grande inertie, les travaux publics resteraient à l’écart de cette tendance avec une nouvelle baisse d’activité de -0,5%. Les signes d’amélioration sont plus ténus dans cette branche, ajoute Euler Hermes. Les carnets de commandes ont franchi en janvier dernier leur plus bas niveau historique depuis 2005, mais un changement de cap semble se dessiner avec le redressement de l’indice de l’activité prévisionnelle en juillet. L’an prochain, le secteur bénéficiera aussi « du soutien du gouvernement à l’investissement des collectivités locales qui prévoit la mise en place d’un plan de soutien d’un milliard d’euros, 500 millions pour les projets d’investissement prioritaires définis avec l’État et 500 millions pour les projets des petites et moyennes agglomérations », souligne l’assureur-crédit. Qui précise : « Des centaines de millions d’euros sont encore nécessaires pour entretenir et moderniser les routes et les voies ferrées. »