Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Travaux publics – Les recrutements favorisent les profils techniques

Travaux publics – Les recrutements favorisent les profils techniques

16 mars 2016
<span>Travaux publics</span> – Les recrutements favorisent les profils techniques

Dans la conjoncture actuelle, les entreprises de BTP recherchent « des personnes expérimentées, autonomes et en mesure de rationaliser les coûts de construction », explique une étude du cabinet de recrutement Hays. L’augmentation du nombre de projets en conception entraîne « une réorganisation des services, qui se dotent de compétences supplémentaires en études de prix et en méthodes. » Dans les travaux publics, les recrutements ciblent des profils très techniques.

210116-PCA-Piraud-HD-2711Réalisée auprès d’un panel national de plus de 3 200 candidats et d’entreprises clientes du cabinet de recrutement, cette étude donne d’abord une vue d’ensemble et les tendances générales du marché du recrutement 2015-2016. Principaux enseignements, toutes filières d’activité confondues : 47 % des postulants interrogés ont changé d’emploi sur la période considérée (contre 53 % l’année précédente) et 65 % l’envisagent cette année. Parmi les raisons invoquées, l’intérêt du poste (65 %) et les perspectives d’évolution (64 %) sont privilégiés désormais à une rémunération plus attractive (61 %). Autres critères : le confort géographique (23 %) et l’aménagement du temps de travail (12 %).

Les PME recrutent

L’an passé, les PME ont été plus nombreuses à embaucher (86 %) que les grands groupes (73 %). Pour 30 % d’entre elles, les embauches ont porté sur plus de 10 % de leur effectif total. Moins de 15 % des grandes entreprises sont dans le même cas. L’étude observe également un décalage sur les motifs des recrutements. Dans 53 % des PME, ils sont justifiés par des créations de postes ou une croissance de l’activité. Un pourcentage qui tombe à 37 % dans les grands groupes. Point commun : les prévisions d’embauche sont identiques cette année chez les unes et chez les autres (58 %)

Diversité des missions

Intégrer un grand groupe est-il la garantie d’une évolution de carrière et de rémunération ? 70 % des candidats déclarent avoir bénéficiés d’une augmentation de leur rémunération annuelle brute après être entrés dans une PME ou une grande entreprise. Mais le pourcentage d’augmentation a été nettement plus favorable à ceux qui travaillent dans une petite ou une moyenne structure. 58 % ont été augmenté de plus de 5 %, contre 50 % pour les candidats des grands groupes. Point commun ? Dans les deux cas de figure et confirmation d’une tendance observée ces dernières années, les hausses de salaires sont le produit d’une augmentation individuelle (60 %). Quels sont les principaux atouts des grands groupes pour les collaborateurs des PME ? La possibilité d’accéder à des avantages d’entreprises plus importants (23 %) et d’évoluer plus rapidement en termes de carrière (22 %) et de rémunération (21 %). Pour les salariés des grandes entreprises, les PME sont perçues comme favorisant une plus grande diversité des missions (30 %) et une plus grande proximité avec les centres de décision (26 %).

Le BTP valorise l’autonomie et l’expérience

Dans la continuité de l’année précédente, la morosité a prévalu l’an passé dans le BTP. Cette année, le secteur du bâtiment pourrait stimuler l’activité, mais les marges resteront sans doute très faibles, voire inexistantes. Ces deux facteurs auront un impact important sur les recrutements à venir, estime l’étude. « Les entreprises recherchent, encore plus qu’auparavant, des personnes expérimentées, autonomes et en mesure de rationaliser les coûts de construction », notent ses auteurs. Les majors, qui ont atteint leur taille critique en France, ont tendance à se replier au niveau national et à se déployer à l’international. Les entreprises indépendantes et les grosses PME entre 20 et 800 millions d’euros de chiffre d’affaires peuvent encore envisager de croître sur des activités sur lesquelles ils ne se sont pas encore positionnés, nucléaire ou partenariats public-privé par exemple.

Demande de profils techniques dans les TP

« Avec des salaires qui continuent de stagner et des parts variables qui diminuent, l’heure est à l’économie, écrit l’étude. Néanmoins, certains profils rares et stratégiques peuvent de voir offrir de belles propositions (BIM manager, commercial, cadre en études de prix). » En région, les rémunérations sont restées stables. « Pour les compétences pénuriques (études de prix, méthodes, BIM manager) l’écart est d’environ – 5%, précise l’étude. Les embauches stagnent au sein des majors alors que les PME gagnent en visibilité. La hausse du nombre de projets en conception engendre une réorganisation des services, qui se dotent de compétences supplémentaires en études de prix et en méthodes. Les recrutements concernent davantage le secteur du bâtiment. » Quid des travaux publics ? « Les entreprises ne créent pas de nouveaux emplois mais remplacent certains départs. Sur la maîtrise d’oeuvre et les bureaux d’études, un léger rebond dans la demande de profils techniques a été constaté. »

Capture salaires BTP Hays

J.D