Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Travaux publics – Ingénierie : Ingérop en croissance

Travaux publics – Ingénierie : Ingérop en croissance

17 juillet 2017
<span>Travaux publics</span> – Ingénierie : Ingérop en croissance

Bilan 2016 globalement positif pour le groupe d’ingénierie. Actif dans les secteurs du bâtiment, de l’énergie et de l’industrie, Ingérop compte sur les grands projets d’infrastructures pour soutenir son activité en France et à l’étranger dans les domaines de l’eau et de l’environnement, de la ville et de la mobilité, lesquels génèrent 55 % de son chiffre d’affaires.

Yves Metz, président d’Ingerop : « Ingérop fait clairement partie des sociétés d’ingénierie en très bonne santé financière, un élément clé de son indépendance. »

De grands contrats ont été signés (A 10 Tours-Poitiers, A61 Lézignan-Narbonne dans les infrastructures…), des grands projets bouclés (dédoublement de l’A9 à Montpellier, rénovation du pont Eiffel à Cubzac-Les-Ponts…), mis sur les rails ou en passe de l’être (lignes 15 est et sud, 17 et 18 du Grand Paris…) : 2016 a donné nouveau toute satisfaction au groupe d’ingénierie et de conseil en mobilité durable, en transition énergétique et en cadre de vie.

Le chiffre d’affaires a progressé de 4 % à 207 millions d’euros. Celui-ci est en croissance régulière depuis 2000, observe Yves Metz, président d’Ingérop, en minimisant le recul de 6,17 % du résultat net à 7,6 millions. Le dirigeant reconnait ce « petit tassement de la rentabilité. » Il ajoute que ce résultat représente tout de même 3,7 % du chiffre d’affaires et que l’entreprise qui « fait clairement partie des sociétés d’ingénierie en très bonne santé financière, un élément clé de son indépendance », sachant que le capital est détenu à 90 % par l’encadrement (293) et pour les 10 % restant par des salariés (850) via un FCPE.

Depuis 2012, le groupe a porté la proportion du chiffre d’affaires réalisé à l’étranger de 12 à 22 % et s’est fixé comme objectif de la porter à 25 % en 2020. Comptant 25 établissements dans une dizaine de pays en Amérique Latine (Colombie, Pérou, Chili), en Afrique (Maghreb, Sénégal, Afrique du Sud), au Moyen-Orient (Arabie Saoudite…), en Asie (Japon) et en Europe (Suisse, Royaume-Uni, Pologne, Monténegro), il est actif dans plus de 70 pays dans le monde.

Augmenter la part du chiffre d’affaires réalisé à l’international

2017 se présente sous des auspices favorables. Cette année, Ingérop entend continuer à développer son potentiel dans les domaines et sur les quatre continents où il est présent. Yves Metz table sur une nouvelle augmentation du chiffre d’affaires à plus de 210 millions. Représentant 19 mois d’activité en mai, le carnet de commandes (320 millions) rend cette projection crédible.

L’entreprise achève d’intégrer ses deux dernières acquisitions, britannique (Rendel) et sud-africaine (Ice Tygerberg), elle se prépare à de nouvelles acquisitions ciblées pour renforcer ses implantations internationales ou élargir sa couverture géographique.

Avec les projets liés au traitement de l’eau, des déchets ou au logement, les grands projets d’infrastructure sont dans sa ligne de mire : LGV au Royaume Uni, grands ponts en Asie, lignes de bus et de métro en Amérique Latine, ouvrages hydrauliques (barrages…) en Afrique, plateformes aéroportuaires ou autoroutes en Europe.

Les grands projets d’infrastructures dans la focale tricolore

Chantier de doublement de l’autoroute A9 au niveau de Montpellier.

Plan de relance autoroutier, Grand Paris Express, tunnel ferroviaire Lyon-Turin, Canal Seine-Nord, installations des Jeux Olympiques de Paris : Ingérop compte également sur les grands projets d’infrastructures tricolores pour soutenir son activité, avec ceux qui se profile en matière d’aménagement urbain (nouveaux quartiers, ville connectée…) ou de bâtiment (structures complexes, rénovation…).

Les nombreux « projets locaux », comme ceux qu’il a conduits à Toulouse (échangeur de Borderouge) ou en Bretagne (port Haliguen), sont aussi dans sa focale, souligne Yves Metz.

Dans l’hexagone, la croissance externe vise à apporter des expertises complémentaires. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’intégration de Cicad, spécialisée dans la maîtrise d’œuvre, l’ordonnancement, le pilotage et la coordination de chantiers.

Celle-ci permet au groupe d’offrir une palette complète de prestations d’ingénierie technique et de management de projets à ses clients publics et privés. C’est également ainsi qu’il faut apprécier l’évolution de ses prestations vers la maquette numérique appliquée aux projets d’infrastructures (Grand Paris, A480 à Grenoble…) et vers l’optimisation des infrastructures (lignes ferroviaires) et des bâtiments existants.

J.D

Crédit photo : Alain Tendero/ASF- Vinci

Chiffres clés

207 millions d’euros de chiffre d’affaires (+ 4 %)

22 % du chiffre d’affaires à l’international

7,6 millions de résultat net (- 6,17 %)

1 700 salariés, dont 1 370 en France

150 à 200 recrutements par an

51 implantatiions dont,

25 à l’étranger dans dix pays

26 en France

Pourcentage de l’activité par secteur

Ville et mobilité : 50 %

Eau et environnement : 5 %

Bâtiment : 25 à 30 %

Energie et industrie : 15 à 20 %