Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Seimat – Nos actions doivent être plus visibles et plus lisibles

Seimat – Nos actions doivent être plus visibles et plus lisibles

26 juin 2018
<span>Seimat</span> – Nos actions doivent être plus visibles et plus lisibles

Élu à la quasi-unanimité à la présidence du Seimat* le 17 mai dernier, Pascal Guillemain s’est entouré d’un bureau renouvelé. Ensemble ils entendent conforter la place du syndicat auprès des fédérations de la filière construction et gagner en puissance.

Pascal Guillemin, président du Seimat : « Nous sommes dans une période de croissance ; c’est dans ces moments que, si cela doit être fait, il faut changer les organisations. »

« Comme dans toute organisation, il arrive un moment où un changement d’équipe s’impose. Cela permet de définir de nouveaux objectifs. Je pense qu’il faut apporter un regard différent sur nos métiers. Vendre des matériels, c’est bien. Les utiliser de manière optimisée et en accroître la productivité grâce au progrès de la technique, c’est encore mieux. Mais je pense que pour notre profession, les enjeux sont ailleurs. À l’heure de la transformation digitale de notre monde et de l’introduction de nouvelles technologies dans nos matériels, il faut regarder les choses différemment. Il faut également reconsidérer nos objectifs et nos relations avec l’écosystème », expose Pascal Guillemain. Deux priorités d’action ont été définies : sécuriser les finances et renforcer le poids de la structure afin de peser davantage dans l’écosystème. En clair, gagner des adhérents supplémentaires. La cible ? « Il n’y a aucun ostracisme envers quiconque. Nos statuts sont clairs. Pour pouvoir adhérer au Seimat, il ne suffit pas d’avoir un point de vue sur le marché français. Il faut disposer d’une organisation structurée de vente en France. Les nouveaux acteurs en provenance des pays émergents et émergés n’ont qu’une représentation limitée dans notre pays. Dans un marché mature, où les positions sont bien établies, les places sont chères. Le ticket d’entrée n’est pas disponible en rayon. »

Intermat

Autre chantier majeur lancé par Pascal Guillemain, le salon Intermat. Le Seimat est partie prenante dans son organisation, les dividendes du salon reversés constituant l’essentiel des financements du syndicat. « L’essentiel des dividendes que nous percevons sont réinvestis dans le Club Seimat et nous permettent d’initier nos actions dans le domaine de la formation. Il est donc essentiel de travailler avec les organisateurs pour que les prochaines éditions attirent davantage de visiteurs et d’exposants. Beaucoup d’efforts ont été accomplis lors de l’édition 2018 pour une meilleure visibilité des objectifs du salon, de son périmètre et de son offre. Il faut continuer dans cette voie. Nous entendons travailler activement avec les organisateurs et trouver des solutions fédératrices », souligne Pascal Guillemain. De fait, plusieurs adhérents parmi les plus importants ont décliné l’invitation lors de la dernière édition. « Les décisions des entreprises sont déconnectées des objectifs du Seimat. Chaque adhérent à notre syndicat, qu’il soit constructeur ou importateur, a le droit de choisir ses moyens de promotion et de communication avec ses clients. Certains ont effectivement opté pour d’autres moyens qu’une participation au salon. C’est leur choix. Il faudra les convaincre de revenir pour Intermat 2021 », commente Pascal Guillemain.

Formation

Inscrivant son action dans la continuité de ses prédécesseurs, Pascal Guillemain estime que la formation est une question centrale pour le syndicat. « La formation des jeunes est une problématique pour l’ensemble de la profession, et cela depuis de nombreuses années. Nos entreprises ont besoin de jeunes qualifiés, en particulier dans le domaine de la maintenance des matériels. C’est une de nos actions prioritaires, au travers du Club Seimat, car il est difficile de trouver sur le marché de l’emploi des jeunes techniciens qualifiés et formés à nos matériels. Je suis partisan de renforcer les actions dans ce domaine, sur lequel nous travaillons depuis plus de vingt ans avec le monde de l’éducation. »

J.-N.O.

* Syndicat des entreprises internationales de matériels de TP, mines, carrières, bâtiment, levage.