Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Réseaux – Des « Assises de l’eau » début 2018

Réseaux – Des « Assises de l’eau » début 2018

13 décembre 2017
<span>Réseaux</span> – Des « Assises de l’eau » début 2018

Alain Grizaud, président des Canalisateurs : « Si l’eau ne paie plus seulement l’eau, c’est tout l’équilibre d’un système efficient qui s’effondre, à l’heure où il est urgent d’investir pour entretenir et rénover un patrimoine. »

Le Président de la République a profité du dernier Congrès des maires et des collectivités locales pour annoncer le lancement d’une grande consultation nationale sur gestion de l’eau et de ses infrastructures début 2018.

La Fédération nationale des travaux publics et Canalisateurs, qui avaient proposé d’organiser des « Assises de l’eau » l’an prochain, s’en réjouissent dans un communiqué. Les deux organisations professionnelles espèrent que cette consultation permettra de donner « un nouvel élan économique pour mener une véritable gestion patrimoniale des infrastructures. »

« À l’heure où le projet de loi de finances 2018 est examiné par les parlementaires, que la baisse des ressources financières des agences de l’Eau (…) est programmé et que les compétences en matière d’eau et d’assainissement seront transférées aux intercommunalités entre 2018 et 2020, c’est toute la gestion de l’eau dans les territoires qui est remise en question, écrivent-elles. De fait,  la problématique du financement des réseaux et des infrastructures d’eau et d’assainissement reste entière pour les années à venir. »

Pour elles, il serait nécessaire de doubler les montants investis pour renouveler « des réseaux vieillissants ». Les acteurs publics et privés du secteur pourraient profiter de cette consultation pour élaborer « une vision réaliste » des besoins d’investissements.

Alain Grizaud, président des Canalisateurs, rappelle « qu’il est primordial, dans un souci de planification et de pérennisation des investissements dans le domaine de l’eau (petit cycle et grand cycle) que les ressources financières soient stables. Si l’eau ne paie plus seulement l’eau, c’est tout l’équilibre d’un système efficient qui s’effondre, à l’heure où il est urgent d’investir pour entretenir et rénover un patrimoine, invisible mais vital pour préserver la qualité de l’eau plébiscité par les Français ».

J.D

Crédit photo : Sade