Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Recyclage – Près de la moitié des déblais du futur site de maintenance de la RATP à Saint-Ouen évacuée par voie fluviale

Recyclage – Près de la moitié des déblais du futur site de maintenance de la RATP à Saint-Ouen évacuée par voie fluviale

24 novembre 2016
<span>Recyclage</span> – Près de la moitié des déblais du futur site de maintenance de la RATP à Saint-Ouen évacuée par voie fluviale

Parallèlement aux travaux de prolongement de la ligne 14 du métro (Olympiades/Saint-Lazare), la RATP construit un site de maintenance et de remisage du matériel roulant sur un ancien dépôt pétrolier de Saint-Ouen. L’ouvrage est partiellement enterré, il faut terrasser et évacuer 150 000 m3 de déblais selon leur degré de pollution. Pour limiter le trafic routier, la Régie a souhaité que près de la moitié des terres excavées soient évacuées par voie fluviale. Cemex est chargé de la logistique de cette opération. Le producteur de matériaux, qui peut mobiliser une flotte de 80 barges et de 13 pousseurs, possède onze ports sur les bords de la Seine et de la Marne, dont un quai de Saint-Ouen, à quelques kilomètres du chantier de la SNCF. Sur ce port transiteront 30 000 tonnes de terres inertes qui seront utilisées pour remblayer les carrières de l’entreprise et 20 000 tonnes de tout venant qui seront retravaillées pour être transformés en sable et en gravillons. 100 000 autres tonnes de terres plus ou moins souillées partiront par barges vers les centres de traitement de Bruyères-sur-Oise et de Limay, dans les Yvelines, à 45 et à 55 kilomètres de Saint-Ouen. Le transport fluvial de ces déblais permettra de diviser le nombre de camions par trois, sachant qu’un convoi fluvial de 5 000 tonnes équivaut à 220 camions. Cemex se charge de leur pré-acheminement entre le chantier et le port de Saint-Denis. Six camions font la navette et effectuent chacun douze rotations par jour. Ces camions sont déchargés et les terres stockées selon leur nature sur une plateforme qui peut en recevoir jusqu’à 1 500 tonnes. Elles sont chargées sur des barges avec une pelle de 50 tonnes équipée d’un godet de 1 650 litres avant de rejoindre leur destination par la voie des eaux.

J.D