Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - PEMP – Baisse du nombre des accidents mortels l’an passé

PEMP – Baisse du nombre des accidents mortels l’an passé

12 septembre 2017
<span>PEMP</span> – Baisse du nombre des accidents mortels l’an passé

Malgré une augmentation du temps d’utilisation et du gabarit des plateformes élévatrices mobiles de personnes (PEMP) louées au niveau mondial, le taux des accidents mortels a diminué l’an dernier par rapport à l’année précédente, indique la Fédération internationale du matériel d’accès en hauteur (Ipaf).

L’an dernier, le nombre des décès impliquant des plateformes élévatrices mobiles de personnes s’est inscrit en légère baisse au niveau mondial (68, contre 66). Sur la période, observe l’Ipaf, la flotte internationale de machines en location s’est pourtant étoffée, passant de 1,17 millions à environ 1,25 millions d’unités.

D’une année à l’autre, le nombre de jours de location est passé de 192,2 à 206,1 millions. Rapporté à celui des accidents mortels, il montre une réduction du taux éponyme de 0,035 à 0,032 pour 100 000 journées d’utilisation, soit un décès tous les 3,2 millions de jours.

Principales causes d’accidents ? Les chutes en hauteur (38 %), les électrocutions (23 %), les coincements (18 %, en progression sur 2015) et les renversements d’équipements (12 %, en diminution sensible, comparé aux 27 % de l’année précédente).

Commentaire de Chris Wraith, responsable technique et de la sécurité de l’Ipaf : « Il est décevant d’observer une répétition des principales causes de décès d’année en année. Cela suggère que le secteur dans son ensemble ne tire pas les leçons des incidents précédents. »

L’étude de l’Ipaf attribue ces accidents à la conjonction de différents facteurs : « Des manquements de la part de la direction ou par des erreurs de l’opérateur qui, dans la quasi-totalité des cas, auraient pu être anticipées et évitées, ou tout du moins limitées ».

Ce constat incite la fédération professionnelle à poursuivre ses efforts de sensibilisation (programme « Retour aux bases »). Objectif : rappeler aux opérateurs et aux responsables qu’il est nécessaire de bien évaluer les risques, de choisir un équipement adapté à la tâche, de former les utilisateurs et les superviseurs, de fournir les informations techniques et sécuritaires appropriées ou encore, de signaler les incidents ou quasi-accidents, puis d’en tirer des leçons l’échelle de l’entreprise et de la filière. Tim Whiteman, directeur général de l’Ipaf, nuance : « Il convient de noter que les PEMP reste (de loin) la méthode de travail en hauteur la plus sûre ».

J.D

Crédit photo : Genie