Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Matériel de BTP – L’investissement peine à redémarrer

Matériel de BTP – L’investissement peine à redémarrer

22 juillet 2015
<span>Matériel de BTP</span> – L’investissement peine à redémarrer

La croissance semble être de retour en Europe, mais cette légère reprise n’a pas encore touché le secteur de la construction, dont l’activité est toujours orientée à la baisse, analyse le Cisma*. Conséquence et augure : « L’investissement en biens d’équipement n’a toujours pas véritablement redémarré. Si le second semestre devrait être moins mauvais, il n’y pas lieu pour autant d’espérer une réelle amélioration avant l’an prochain. » Les ventes de matériels restent bien orientées au Royaume-Uni, observe l’organisation professionnelle. Elles progressent également en Allemagne ou dans les pays scandinaves progressent également. En revanche, elles sont toujours en repli dans l’hexagone.

La construction en difficulté

A la fin mai, les ventes de matériels lourds de terrassement y avaient reculées de 25% sur un an, celles de machines compactes de 34%, celles de chariots télescopiques de 25% et celles d’équipements pour le béton de 35%. Au premier semestre enfin, celles de nacelles ont chuté de plus de 20%. Explications ? « Les loueurs ont fortement réduit leurs investissements, indique le Cisma. Mais, plus fondamentalement, ces mauvais résultats s’expliquent par la faiblesse persistante du secteur de la construction. Les prévisions d’activité des fédérations clientes pour 2015 sont d’ailleurs catastrophiques : -1,5% pour le bâtiment, -1% pour l’artisanat du bâtiment, -8% pour les travaux publics et -8% pour l’industrie routière. Quant aux producteurs de matériaux, ils s’attendent à un recul de l’ordre de 6 à 8% cette année. »

Relais de croissance à l’export

Perspectives ? « Le contexte n’est donc guère favorable aux fabricants de biens d’équipement. Les effectifs des entreprises sont d’ailleurs orientés à la baisse. La charge de travail demeure très inférieure aux attentes des chefs d’entreprise, le carnet de commandes étant jugé faiblement garni. » Ceux-ci comptent essentiellement sur l’export pour compenser la perte de chiffre d’affaires enregistrée sur le marché intérieur. « A fin mai, précise l’organisation professionnelle, les exportations progressent de 12% par rapport à la même période il y a un an. Outre l’Europe, le marché nord-américain demeure dynamique, les exportations augmentant de près de 50% toujours à fin mai, selon les données provisoires des douanes. »

*Syndicat des équipements pour la construction, les infrastructures, la sidérurgie et la manutention en France