Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Travaux publics – Les FRTP Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées s’unissent pour pousser les chantiers régionaux

Travaux publics – Les FRTP Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées s’unissent pour pousser les chantiers régionaux

23 février 2016
<span>Travaux publics</span> – Les FRTP Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées s’unissent pour pousser les chantiers régionaux

Les Fédérations régionales des travaux publics (Frtp) Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées ont fusionné pour donner naissance à une association qui a pris la dénomination provisoire de Travaux publics Languedoc Roussillon Midi Pyrénées. La nouvelle fédération se mobilisera pour accélérer les chantiers de réseaux et d’infrastructures régionaux.

Basée à Toulouse dans les locaux de la FRTP Midi-Pyrénées et co-présidée par Thierry Le Friant et Olivier Giorgiucci, cette association sera dissoute l’année prochaine dès la mise en place d’une nouvelle fédération régionale. En attendant, les deux organisations conservent leurs implantations toulousaines et Montpelliéraines, tournées vers les entreprises, les collectivités communales, intercommunales et départementales. La nouvelle fédération se structurera cette année en associant les syndicats de spécialité  – routes, canalisation, électricité, génie civil, terrassement, réparation d’ouvrages… – et les adhérents dans toute la région. Elle prévoit également de se mobiliser pour accélérer les chantiers de réseaux et d’infrastructures locaux.

Relancer l’activité des travaux publics

Depuis 2009, le secteur a perdu plus d’un quart de son activité et 10% de son effectif salarié. Ces deux dernières années, la commande publique s’est repliée. Et l’exercice 2016 devrait s’inscrire à nouveau en recul. Signaux et positifs pour la Fédération dans ce contexte : le « Plan Marshall bâtiment et travaux publics » du nouvel exécutif régional ; le fonds de soutien gouvernemental à l’investissement des collectivités ; les annonces de plusieurs Conseils départementaux sur leurs budgets d’investissements et l’aide aux communes ; l’éligibilité de l’entretien routier au FCTVA et les taux d’emprunt très bas. Bémol : le dernier plan d’investissement routier du ministère de l’Ecologie maintient, selon la FRTP, simplement le montant de travaux sur les routes nationales au niveau de 2015.

Pour relancer réellement l’activité et pour que 2016 ne soit pas une troisième « année blanche » postélectorale, ces moyens doivent affectés d’urgence pour pousser les chantiers de réseaux ou d’infrastructures en cours ou prêts à démarrer. Pour la fédération, il faut identifier au plus vite les opérations concernées. A la suivre, l’Etat et la région peuvent accélérer des chantiers déjà engagés dans le cadre des CPER Languedoc Roussillon et Midi-Pyrénées, avec d’éventuelles avances budgétaires. De son côté, la seconde peut avancer le lancement des projets placés sous sa maîtrise d’ouvrage directe ou celle de ses opérateurs (SEM…).

Enfin, la Fédération suggère que les départements se dotent d’une cellule technique d’urgence dédié à la relance des travaux. Composée de représentants de l’Etat, de la région, du Conseil départemental et des communes, elle pourrait lister rapidement les opérations en cours ou prêtes à démarrer. Objectif : lancer les projets dont un cofinancement a déjà été instruit et qui peuvent bénéficier immédiatement des nouveaux dispositifs annoncés.

J.D

Chiffres clés

2 000 entreprises

25 000 salariés

3,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires