Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Entreprise, Marchés - JO 2024 Les enjeux de la société de livraison des ouvrages olympiques

JO 2024 Les enjeux de la société de livraison des ouvrages olympiques

8 février 2021
<span> JO 2024 <span/> Les enjeux de la société de livraison des ouvrages olympiques

Après trois années à concevoir plus de 60 projets avec l’ensemble des maîtres d’ouvrages olympiques, l’année 2021 signe un démarrage massif des constructions. A moins de 3 ans de la livraison des projets, Nicolas Ferrand, Directeur Général Exécutif de la Solideo, fait le point sur les grands enjeux.

« Nous sommes dans les temps, dans les programmes et dans les coûts« , assure Nicolas Ferrand. Sur le Village des athlètes, les 26 permis de construire ont été déposés, les opérations de déconstruction se terminent et les premières constructions se préparent. Sur le Village des médias, second projet d’aménagement de la société, les promesses de vente ont été signées en fin d’année, et les travaux de viabilisation des terrains ont commencé. Côté financier, pour la réalisation des 62 projets ouvrages Olympiques pérennes, nous ne dépassons pas notre seuil et maitrisons notre budget à hauteur de 1,386 Md € HT (en valeur octobre 2016).

30 ouvrages, lancés

2021 représente une année charnière pour la société de livraison, qui prévoit le démarrage programmé de plus de 30 chantiers dans les 12 prochains mois. Dès le printemps prochain, le Village des athlètes sera le plus grand chantier mono-site de France. 4 000 compagnons seront mobilisés sur site et près de 35 grues œuvreront de concert. Concernant le village des médias, les travaux de viabilisation des terrains ont commencé en début d’année, à la suite de la signature des promesses de vente effectuées en fin d’année dernière, et les permis de construire doivent être déposés d’ici

A l’automne, la moitié des ouvrages pour les Jeux de Paris 2024 auront démarré leurs constructions, de nombreux autres ouvrages Olympiques ayant obtenu leur permis de construire au cours des douze derniers mois, à l’image du Centre Aquatique Olympique sous la maîtrise d’ouvrage de la Métropole du Grand Paris, de l’Arena 2 Porte de La Chapelle sous l’égide de la Ville de Paris ou encore de la Grande Nef de l’Ile des Vannes. D’autres enfin devraient l’obtenir dans le prochain semestre, comme la Marina du Roucas Blanc de Marseille, la piscine de Marville ou la base avancée de la préfecture de police. En fin d’année, 9 000 ouvriers seront mobilisés pour la construction des ouvrages olympiques, répartis notamment entre les chantiers du Village des médias, de l’Arena 2 Porte de La Chapelle, du Centre Aquatique Olympique de la Plaine Saulnier ou encore employés pour la couverture du second court de Roland Garros, le court Suzanne Lenglen, qui doit démarrer dès la fin du tournoi du Grand Chelem.

Bas carbone

Sur les ambitions environnementales, les travaux de déconstruction démarrés en novembre 2019 sur le Village des athlètes offrent une première illustration de nos ambitions « bas carbone ». L’application des principes de l’économie circulaire a ainsi permis de recycler 92 % des matériaux, et d’en réemployer une partie sur le chantier. 26 500 tonnes de bétons concassés sur place ont par exemple été réemployés sur le chantier du Village. Grâce à la logistique fluviale, 125 000 tonnes de déblais ont déjà été évacuées par barge, ce qui a permis de réduire l’empreinte carbone et de limiter la congestion routière (6250 camions ont ainsi été évités, 1 barge ayant en moyenne la capacité d’emport de 230 camions).
Les opportunités liées aux Jeux, et la volonté d’en faire profiter le plus grand nombre à travers des objectifs déclinés dans notre charte en faveur de l’Emploi et du Développement Territorial donnent aussi des premiers résultats. :
➔ 538 TPE et PME et 28 structures de l’ESS ont déjà signé un marché olympique pour un total de 141 millions d’euros de marché, ce qui représente plus de 20 % du montant des marchés déjà passés.
➔ Concernant l’insertion des travailleurs éloignées de l’emploi, 157 000 heures d’insertion ont d’ores et déjà été réalisées sur les 2 millions d’heures contractualisées avec les maîtres d’ouvrages publics et privés. Des chiffres qui deviendront encore plus significatifs avec le démarrage des chantiers.
Les Jeux de Paris soutiennent l’économie et l’emploi. Le démarrage des chantiers de construction renforcera cette dynamique. Au cours de l’année 2021, 750 millions d’euros vont être engagés pour la construction des ouvrages olympiques, dont 276 millions d’euros de subventions de la Solideo.

J-N.O

Photo : La société de livraison des ouvrages olympiques continue de dérouler sa feuille de route conformément au planning initial.