Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Infrastructures – Nouveau calendrier pour le Grand Paris

Infrastructures – Nouveau calendrier pour le Grand Paris

23 février 2018
<span>Infrastructures</span> – Nouveau calendrier pour le Grand Paris

Le Premier ministre a présenté le nouveau calendrier du Grand Paris. Les deux cent kilomètres du métro automatique et ses 68 gares seront construits comme prévu d’ici à 2030, mais certaines lignes ouvriront avec quelques années de décalage.

En dépit des difficultés rencontrées par le projet, techniques et financières, Edouard Philippe a confirmé la volonté de l’Etat de le mener à bien « dans toutes les composantes initialement prévues et de le rendre totalement irréversible », avant de présenter un nouveau phasage visant à « lisser la réalisation de certains tronçons », à « les prioriser pour assurer leurs réalisations dans des délais réalistes » et « éviter de prendre du retard sur tous les chantiers en même temps ».

La priorité est donnée au prolongement de la 14 jusqu’à Saint-Denis-Pleyel, au nord de Paris, et jusqu’à l’aéroport d’Orly, au sud, au tronçon commun des lignes 16 et 17 entre Saint-Denis-Pleyel et Le Blanc-Mesnil, mais aussi à la 15 entre Pont-de-Sèvres et Noisy-Champs, au sud, et à la 16 entre Le Bourget RER et Clichy-Montfermeil, à l’est. Ces liaisons doivent être ouvertes en 2024.

Plusieurs sections de lignes seront retardées de quelques années. C’est le cas de la 18 entre le plateau de Saclay et l’aéroport d’Orly, au sud, et de la 17 vers Roissy-Charles-de-Gaulle, au nord, qui seront construite pour 2027. Précisions : l’objectif de mise en service de la deuxième section de la ligne 18 jusqu’à Versailles en 2030 est maintenu, la 17 nord sera prolongée jusqu’au Mesnil-Amelot au plus tard à cette date. Le bouclage de la ligne 15 sera réalisée lui aussi à cette date en raison de « complexités inédites ». Après le dernier rapport de la Cour des comptes, le Premier ministre a insisté aussi sur la nécessité d’assurer la maîtrise financière du projet, évalué aujourd’hui entre 25 et 35 milliards d’euros, avec un objectif de réduction de 10 % des coûts.

J.D