Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Infrastructures – Eurovia expérimente une route solaire

Infrastructures – Eurovia expérimente une route solaire

17 octobre 2017
<span>Infrastructures</span> – Eurovia expérimente une route solaire

La filiale routière de Vinci a présenté un concept de route à énergie positive (Power Road), qu’elle a développé avec différents partenaires, Ifsttar, Ceatech, Burgeap. Cette route peut capter et stocker l’énergie thermique des rayonnements solaires. Cette énergie thermique peut être utilisée pour chauffer des bâtiments ou des équipements publics avoisinants, réchauffer la chaussée en hiver ou la refroidir en été.

Sur le principe, Eurovia a inséré un échangeur thermique dans les couches supérieures de la chaussée. Cet échangeur est constitué d’un réseau de tubes dans lesquels circule un fluide caloporteur. Réversible, il peut être utilisé comme capteur d’énergie solaire en été ou comme émetteur de chaleur pour déverglacer ou déneiger les chaussées en hiver.

En « mode estival », l’énergie thermique est stockée en sous-sol dans un autre réseau de tubes installé sous le premier avant d’être récupérée en hiver pour chauffer des bâtiments et des équipements publics voisins (piscines…) ou y produire de l’eau chaude. Avantage : cela permet de refroidir les couches supérieures de l’enrobé. Le système permettrait ainsi de lutter contre les îlots de chaleur urbains. En « mode hivernal », la chaleur puisée dans le sous-sol est récupérée pour réchauffer la surface du bitume et éviter d’utiliser des sels fondants.

Déneigement routier

Le système peut être associé à des capteurs géothermiques horizontaux ou à des sondes géothermiques verticales, à une pompe à chaleur solaire ou à une source de chaleur décarbonée (boucle d’eau tempérée, réseau de chaleur…). Les premières expérimentations conduites par Eurovia se sont focalisées sur les applications liées au déneigement routier.

Le procédé associe alors un première nappe de tubes placée dans les dix derniers centimètres de la chaussée au moment de la construction des couches supérieures de la chaussée, une deuxième nappe de tubes ou un champ de sondes géothermiques verticales positionnée à environ un mètre de profondeur au moment des travaux de terrassement et une pompe à chaleur qui récupère la chaleur du sous-sol et la transfère en surface pour réchauffer le revêtement bitumineux.

Deux expériences en cours

Le concept a été expérimenté en 2013 sur le site d’une filiale d’Eurovia, Vermot TP, à Gilley, dans le Doubs. Deux autres tests sont en cours.

Un démonstrateur a été installé en juillet dernier sur la voie d’accès au parking poids lourds de la gare de péage de l’autoroute A10 à Saint-Arnoult-en-Yvelines, au sud de Paris. L’énergie solaire sera utilisée pour chauffer le rez-de-chaussée d’un bâtiment administratif voisin.

En août, Vermot TP a installé un deuxième démonstrateur sous la place Becquerel à Pontarlier. L’objectif est de dégivrer ou de déneiger le parking du lycée Xavier Marmier, un quai de bus et certains trottoirs.

J.D