Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Géotechnique – Codrilling : une première plateforme collaborative

Géotechnique – Codrilling : une première plateforme collaborative

7 juin 2017
<span>Géotechnique</span> – Codrilling : une première plateforme collaborative

Premier site Internet dédié à l’échange de moyens de production ou de services dans les secteurs de la géotechnique et du forage, codrilling met en relation les entreprises spécialisées qui ont un besoin ponctuel de matériel ou de prestation et celles qui veulent faire travailler des actifs sous-employés. Particularité : cette mise en relation s’effectue sous le sceau de l’anonymat.

Yvain d’Arco, fondateur de codrilling : « Cette initiative vise à mettre en place une plateforme collaborative et ouverte pour faciliter l’échange de moyens de production dans les domaines du forage, de la géotechnique, du minage et de l’extraction de matériaux. »

Géologue rattaché à un bureau d’études spécialisé dans la géotechnique et le forage, Yvain d’Arco a trouvé une source d’inspiration dans la plateforme infoterre du BRGM.

Cette application est utilisée par les foreurs et les géotechniciens qui recherchent de données scientifiques. Codrilling, qu’il a mis en place à titre personnel, veut réunir ces professionnels et faciliter l’échange de moyens de production dans les domaines du forage, de la géotechnique, du minage et de l’extraction de matériaux. Cette plateforme collaborative est ouverte gratuitement à toutes les entreprises du secteur.

Optimiser les actifs

Aujourd’hui, ces entreprises doivent « croiser » de multiples informations lorsqu’elles recherchent du matériel, des équipes ou des prestations de service, explique Yvain d’Arco. Elles ont tendance à tomber sur les mêmes interlocuteurs ou pour le dire autrement, « à tourner en rond. »

Certaines d’entre elle doivent faire face à une augmentation ponctuelle de leur activité mais elles n’ont pas les moyens ou ne veulent pas investir dans leur parc matériel. D’autres sont confrontées à un trou d’air et possèdent des ateliers inutilisés qu’elles pourraient louer. Codrilling leur donne la possibilité « d’optimiser ces actifs. »

Plus largement, la plateforme entend contribuer « à fluidifier le marché. » Problème, le forage, la géotechnique et les travaux spéciaux sont un petit monde. Tous les acteurs se connaissent. Et proposer des ateliers et des équipes de production à la location pourrait être perçu comme l’indice d’un mauvais état de santé de l’entreprise.

Anonymat à l’entrée en relation

A la différence des sites qui mettent nommément en relation des loueurs et des locataires de matériels et d’équipements, codrilling fait se rencontrer « porteurs de projets » et offreurs de moyens de production, d’équipes ou de services sous le sceau de l’anonymat.

Avantage, les demandeurs, entreprises de minage, de forage et de géotechniques, de fondations et de travaux spéciaux, préserve leur image de marque sans risquer de compromettre leur stratégie commerciale. Ces demandeurs précisent leur demande sur le site, les offreurs détaillent la leur, la plateforme les met en relation s’il existe une correspondance entre les deux. Les derniers répondent à la demande par l’intermédiaire d’une messagerie privée. Les protagonistes de l’échange révèlent leur identité au moment d’entrer en négociation, la transaction restant sous leur seule responsabilité. Le concept de codrilling a été élaboré en septembre dernier.

Yvain d’Arco a lancé deux interfaces vitrine pour apprécier le comportement des utilisateurs avant de mettre sa plateforme en ligne en février. Courant mars, elle comptait une trentaine de membres et enregistrait deux inscriptions en moyenne chaque jour. Son fondateur s’est fixé comme objectif de réunir 200 adhérents en un an.

 J.D