Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Géosynthétiques – Nouveau référentiel sur les « Géotextiles et produits apparentés certifiés »

Géosynthétiques – Nouveau référentiel sur les « Géotextiles et produits apparentés certifiés »

27 juin 2017
<span>Géosynthétiques</span> – Nouveau référentiel sur les « Géotextiles et produits apparentés certifiés »

L’Association française des producteurs de géotextiles et produits apparentés (Afpga) et l’Association pour la promotion de la qualité (Asqual) présentent le nouveau référentiel « Géotextiles et produits apparentés certifiés ».

Composé de prescripteurs, d’utilisateurs et de fabricants, un comité technique a travaillé depuis juin 2015 pour faire évoluer le document existant, simplifier la lecture des exigences et le processus de certification, expliciter la procédure de contrôle inopiné et simplifier la constitution du dossier technique.

« Nous souhaitions également mettre à jour et externaliser le recueil des méthodes d’essais, afin de permettre une révision au plus près des normes et des retours d’expérience des laboratoires », indique Pierre Lebon, directeur de l’Asqual. Patrick Favand, président de l’Afpga, ajoute : « Il était également nécessaire de réaménager le séquencement des parties du référentiel afin de clarifier le processus d’obtention de la certification »

Principales évolutions du référentiel ? Elles sont au nombre de quatre :

  • La modification du dossier de demande pour prendre en compte la mesure d’épaisseur à 20kPa pour les géocomposites de drainage selon la norme NF EN ISO 9863-1 de 2016, avec celle du certificat précisant la pression utilisée pour la mesure d’épaisseur ;
  • La modification du recueil des méthodes d’essais pour que l’essai réglementaire de mesure de capacité de débit dans leur plan (20kPa, gradient 1, SP) soit réalisé conformément à la norme (avec une étape au gradient 0,1), ainsi que le certificat afin de préciser la référence à la norme uniquement pour l’essai à 20 kPa ;
  • La modification du processus de contrôle inopiné à travers :
  • La réalisation d’un audit quel que soit l’état du stock versus la demande de l’auditeur. En cas de rupture de stock, un audit des enregistrements des productions et des contrôles de tous les produits certifiés sera pratiqué ;
  •  En cas de rupture de stock du produit, un second audit avec prélèvement est programmé dans les trois ans de validité du certificat qualité du produit ;
  • La suppression de l’exigence d’avoir au moins  dix rouleaux en stock par qualité de produit certifiée.

J.D