Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Géosynthétiques – Huesker France : des solutions pour la protection du littoral

Géosynthétiques – Huesker France : des solutions pour la protection du littoral

12 janvier 2017
<span>Géosynthétiques</span> – Huesker France : des solutions pour la protection du littoral
Laurent Bitaudeau, responsable textiles techniques pour l’environnement de Huesker France : « Historiquement, les géotextiles ont été inventés dans la route pour remplacer les matériaux nobles et pour améliorer les propriétés mécaniques et hydrauliques des matériaux de remblais. »

Laurent Bitaudeau, responsable textiles techniques pour l’environnement de Huesker France : « Historiquement, les géotextiles ont été inventés dans la route pour remplacer les matériaux nobles et pour améliorer les propriétés mécaniques et hydrauliques des matériaux de remblais. »

« Il y a deux grandes périodes de tempêtes par an avec des gros coefficients de houle. Les effets d’une forte houle peuvent être ravageurs, rien ne lui résiste », image Laurent Bitaudeau, responsable textiles techniques pour l’environnement de Huesker France.

Le littoral peut reculer de plusieurs dizaines de mètres en une nuit. Compte tenu de leurs moyens financiers, les collectivités locales ne font pas toujours, selon lui, de l’érosion côtière une priorité, mais elles interviennent si leurs intérêts économiques sont en jeu. Lorsque l’érosion du trait de côte menace un centre ville ou une activité touristique (camping…) par exemple. Le fabricant propose lui aussi des solutions alternatives ou complémentaires aux méthodes traditionnelles d’enrochement ou de pose d’acropodes ou de tétrapodes en béton à partir d’un géotextile composite qui associe deux fonctions (renforcement, filtration) et trois qualités : esthétique (couleur sable), stabilité aux UV et structure texturée favorable à l’accrochage de la flore sous-marine.

Extraction du matériau de carrière, transport et atelier de mise en œuvre assez lourd du côté des enrochements, fabrication du géotextile et parc de machines et de pompes plus léger côté géosynthétiques : en termes de coût global, l’avantage va probablement aux seconds, confirme Laurent Bitaudeau. Certains enrochements sont encore posés directement au sol, rappelle-t-il. Les grosses tempêtes les dispersent sans coup férir, leur durée de vie est limitée. La houle les frappe de plein fouet, la base sableuse se délite sous l’effet du reflux de la vague, les blocs s’éparpillent « comme des billes ».

Une solution pour rétablir l’équilibre hydrostatique de ces ouvrages ? Intercaler un matelas de sable entre le sol support et les enrochements ou les blocs parallèles au trait de côte. Assemblés en usine, ceux de Huesker prennent un lit de sable en sandwich (10 kg au m2) entre deux géotextiles non tissés. L’eau traverse ce matelas drainant en piégeant les fines, l’onde de choc s’atténue au contact de l’enrochement, son énergie se dissipe dans le géotextile, l’équilibre hydrostatique est préservé, l’enrochement n’est pas déstabilisé par la déformation du support.

Autre solution pour absorber l’énergie de la houle : les géo-contenants souples. Huesker commercialise trois familles de produits. La première ? Des tubes cylindriques fabriqués sur mesure et remplis de sable qui peuvent être utilisés en noyaux de dunes et d’épis parallèles ou perpendiculaires à la côte, mais aussi de brise-lames immergés au large pour casser l’énergie de la houle et prévenir l’érosion côtière.

Deuxième famille de géo-contenants : des nappes stratifiées en forme de U qui s’empilent pour constituer un noyau dunaire parallèle au littoral. Trois nappes ont été superposées en 2000 à Biscarosse, dans les landes, pour réaliser le noyau d’une dune de plusieurs dizaines de mètres de long. Au fil des années, la côte a reculé à droite et à gauche de l’ouvrage dunaire. En 2015, l’eau de mer, qui est passé à l’arrière, l’a abimé, mais la face avant n’a pas bougé.

D’une manière générale, les géotextiles sont garantis dix ans, indique Laurent Bitaudeau. En réalité, leur durée de vie est nettement plus longue. Le représentant de Huesker cite l’exemple des « coussins géants » que la marque posés en protection de rives sur une île canadienne en 1960. Ces coussins géants (2 à 3 m3 de sable) se rangent dans la troisième famille de géo-contenants. Ces « rochers souples », ces « oreillers fermés » ont vocation à former les noyaux de dunes ou d’épis. Les géo-contenants peuvent également servir de noyaux souples aux épis enrochés. Dans cette configuration, l’enrochement joue un rôle essentiellement esthétique, le géo-textile prenant en charge les fonctions de renforcement et de filtration.

J.D