Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Génie civil – Osmos : instrumentation du viaduc d’accès au môle d’escale du port de La Rochelle

Génie civil – Osmos : instrumentation du viaduc d’accès au môle d’escale du port de La Rochelle

19 février 2018
<span>Génie civil</span> – Osmos : instrumentation du viaduc d’accès au môle d’escale du port de La Rochelle

Pour le port de la Rochelle, Osmos Group a évalué le comportement de la section maritime du viaduc Président Christian Mörch dans le cadre du projet de démantèlement de son tronçon terrestre.

Long de 1 120 m, ce viaduc qui donne accès au môle d’escale de Port Atlantique La Rochelle, est composé de deux parties, l’une sur posée la terre ferme, l’autre sur le mer. Dans le cadre du démantèlement de la partie terrestre, le Port de La Rochelle a confié le suivi du comportement de la seconde partie à Osmos Group. Ce suivi continu lui a permis d’affiner le modèle de calcul de l’ouvrage et de confirmer les hypothèses de dimensionnement de la nouvelle culée.

Pour le réaliser, douze cordes optiques (Liris), deux sondes de température et deux stations de monitoring (Oasys) ont été installées sur deux travées critiques de l’ouvrage en août dernier. Objectif assigné à ce dispositif : mesurer les déformations subies par le treillis afin de déterminer le comportement réel de la structure.

Parallèlement, Osmos a effectué des tests de charges pour évaluer la capacité portante du viaduc. Sur le principe, celui-ci a été soumis aux passages et aux freinages d’un véhicule de poids connu à différentes vitesses, dans les deux sens de circulation.

Le suivi comprenait une étude statique et un relevé de données dynamiques. La première avait pour objectif d’étudier l’évolution de la structure dans le temps, compte tenu des variations de température. « En isolant les mesures de déformations des effets thermiques, explique l’entreprise, il est possible d’identifier d’éventuelles tendances dues au vieillissement de la structure. »

Le relevé de données dynamiques a permis d’analyser ses réponses aux sollicitations ponctuelles auxquelles elle était exposée (passage de convois lourds). Ce suivi dynamique de l’ouvrage a été complété avec l’installation d’une caméra dôme (champ de vision à 360°) et d’un radar de vitesse, ce qui a permis de donner une signature dynamique au véhicule, ainsi qu’à sa vitesse de passage.

J.D