Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Entreprise, Marchés - FRTP Auvergne-Rhône-Alpes – Inciter les collectivités locales à prendre leurs responsabilités et faire les bons choix.

FRTP Auvergne-Rhône-Alpes – Inciter les collectivités locales à prendre leurs responsabilités et faire les bons choix.

2 novembre 2020
<span>FRTP Auvergne-Rhône-Alpes</span> – Inciter les collectivités locales à prendre leurs responsabilités et faire les bons choix.

Après avoir perdu 30% de son chiffre d’affaires, les entreprises de TP alertent les pouvoirs publics régionaux sur l’aggravation de la situation et sur l’urgence à redonner des perspectives à la profession.

« Nous sommes comme ces gens qui se promènent en haut d’une falaise et qui se rapprochent du précipice », illustre Pierre Berger. « La profession a certainement été la profession la plus rapide à reprendre l’activité de façon soutenue, parvenant même à rattraper une partie de son retard grâce à un bon carnet de commandes et qui a contribué à soutenir l’économie depuis la sortie du premier confinement ». Or, depuis la rentrée, la situation reste compliquée pour les entreprises. En cause, la très faible reprise de la commande publique. Résultat ? A la sortie du confinement, 50% d’appels d’offres en moins par rapport au niveau du début de l’année. A ce jour, le niveau des appels d’offres reste inférieur à près de 40% à celui d’une année normale. La commande publique est à l’arrêt. Au-delà des nouvelles dispositions que le gouvernement vient de prendre, faisant des Travaux Publics et du Bâtiment une activité « essentielle », la fédération régionale entend alerter, avec l’appui des sections Travaux Publics des Fédérations départementales BTP, l’ensemble les des collectivités locales de la région sur l’impérieuse nécessité de relancer l’activité en réactivant les appels d’offres. La situation est d’autant plus paradoxale que les collectivités disposent d’une trésorerie au plus haut depuis ces dernières années et qu’elles peuvent accéder à des conditions de crédit exceptionnellement avantageuses. En outre, les compensations sur les baisses de dotation de l’Etat sont peu ou insuffisamment utilisées. Financièrement, jamais les dotations d’Etat n’auront été aussi importantes sur un temps aussi court, avec une augmentation d’un milliard d’euros de dotations aux investissements des collectivités via la DSIL et la DETR prévue dans le Plan France Relance. Et pourtant, il ne se passe rien.

Pierre Berger, président de la FRTP Auvergne-Rhône-Alpes : « Les collectivités disposent de tous les moyens pour faire que l’activité reparte. Les marchés à bons de commandes permettent d’engager des travaux rapidement ».

« C’est maintenant qu’il faut agir ! Nous ne parlons pas des grands projets, mais simplement de mettre en œuvre les travaux qui doivent être entrepris pour entretenir le patrimoine régional d’infrastructures », souligne Pierre Berger. « Plus des deux tiers de nos ouvrages d’art présentent des défauts d’entretien. Le quart de l’eau potable que nous produisons est perdue dans les canalisations fuyardes. Mettons notre patrimoine à niveau ! Il faut impérativement reprendre les appels d’offres et des commandes administratives. Le gouvernement a confirmé que les services de l’État restaient opérationnels. Ils ne doivent pas être un simple guichet. Ils doivent lancer des appels d’offres au plus vite »,  L’instruction des dossiers permettant la commande publique bloque. Nous ne stigmatisons personne, nous constatons. Nous ne sommes pas dans la politique. Nous sommes dans la profession, une profession qui dépend dans notre région à hauteur de 75 à 80%, voire 90% en Auvergne, de la commande publique. Sans elle, il y a inéluctablement arrêt de nos entreprises. C’est pourquoi nous demandons à nos donneurs d’ordre de nous fournir du travail ». Ayant démontré leur capacité à travailler en assurant la sécurité sanitaire de leurs salariés, les entreprises de TP se disent prêtes à poursuivre leur contribution à l’économie de notre pays.

Développement durable

La crise sanitaire actuelle, couplée au décalage du calendrier des Municipales au printemps dernier, expliquent le ralentissement de l’activité. Cependant, aujourd’hui rien ne justifie une chute aussi importante, d’autant que tous les feux sont au vert pour que les collectivités redémarrent leurs projets d’investissement. Inscrivant sa démarche dans le cadre des enjeux du développement durable, le président de la FRTP voit, dans l’arrivée des nouvelles équipes municipales une opportunité de valoriser la contribution environnementale des TP. « L’activité dans nos métiers et la protection de la nature ne sont pas antagonistes, au contraire. Les Travaux Publics sont probablement la profession qui recycle le plus les produits qu’elle utilise. 90% des sous-produits générés sur nos chantiers sont valorisés », souligne Pierre Berger. « Nous sommes des acteurs du développement durable et sommes disposés à poursuivre cette démarche pour répondre, notamment, au défi du changement climatique. Nous continuerons de protéger la nature en entretenant les réseaux et les infrastructures comme ils doivent l’être tout en favorisant l’activité économique et l’emploi dans notre pays ». A ce titre, les efforts déployés pour rendre le métier plus attractif et valoriser la formation, risquent de se voir annihiler par la pandémie. Pour la première fois pourtant depuis deux décennies, les établissements régionaux de formation aux métiers des TP ont enregistré plus de demandes qu’ils ne peuvent en satisfaire. Or, la meilleure façon de se former dans cette filière reste la formation en alternance. Sans travail ni perspective, les entreprises ne sont pas en capacité d’accueillir ces stagiaires, indispensables à une profession aux effectifs vieillissants.
J-N.O
Photo : Les besoins sont urgents, pour que le territoire s’engage concrètement dans une transition écologique qui ne fait plus débat : préservation de la ressource en eau, développement des mobilités décarbonées, des énergies renouvelables, déploiement du numérique. (Crédit : Rampa Energies).