Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Elevation/Manutention – Genie développe les synergies auprès des loueurs

Elevation/Manutention – Genie développe les synergies auprès des loueurs

23 juillet 2015
<span>Elevation/Manutention</span> – Genie développe les synergies auprès des loueurs

Phil Graysmark Genie

Acteur de premier plan sur le marché d’élévation, Genie reste en retrait dans le domaine de la manutention tout terrain. Pour remédier à cette situation, le constructeur veut favorises les synergies avec les deux gammes auprès de sa clientèle de prédilection : les loueurs.

Quatre-vingt-dix pour cent environ du chiffre d’affaires de la marque – 2,4 milliards de dollars US en 2014- est effectivement générée par les ventes de nacelles. Pour Genie, la marge de progression en chariots élévateurs tout terrain est réelle, si l’on se réfère aux parts de marché défendues en élévation. « Nous avons de grandes ambitions », confirme Phil Graysmark, vice-président Vente et Marketing Europe Moyen-Orient, Afrique, Russie (EMEAR) de Genie, « le site de production de Umbertine est au cœur de notre stratégie ».

Gamme courte

Héritée du rachat par Terex, maison mère de Genie, d’une partie des activités de CIFA (Italmacchine) en 1993, l’usine italienne est la source unique pour le marché européen en matériel de manutention. Six modèles différents y sont assemblés : un chariot compact, deux à mâts fixes de 14 et 18 m de hauteur de travail et trois à tourelle rotative de respectivement 16, 18 et 21 m. « Nous avons rationnalisé l’offre, qui a compté jusqu’à 20 modèles différents, en concentrant la production sur les modèles les plus diffusés, commente Phil Graysmark. Tous ont été développés à partir d’un cahier des charges en phase avec les exigences du marché européen de la location ». La conception même des machines en atteste : priorité est donnée à la fiabilité, à la durabilité et à l’efficacité opérationnelle. Objectif : une utilisation la plus facile possible, un niveau de sécurité maximale, une grande maniabilité et des interventions de maintenance simplifiées. Dès la conception dans le bureau d’études intégré au site, les machines sont développées pour être le plus simple à entretenir, en particulier au niveau des flèches télescopiques. Les interventions de maintenance se font sans outils électroniques qu’il s’agisse du diagnostic ou de la réparation, tout est intégré dans le chariot télescopique. « Ceux sont ces axes de travail qui ont guidé les travaux de développements des nouveaux modèles GTH 2506 Supercompact, GTH 4018 et GTH 5021 R à tourelle rotative, qui chacun dans leur domaine, surclasse les modèles de la concurrence », souligne Phil Graysmark. Leur point commun est d’intégrer un minimum de composants électroniques et informatiques, peu compatible avec les conditions d’utilisation en location. Elaborées en concertation avec les réseaux de location les plus représentatifs en Europe, ces machines affichent un taux d’engagement maximum pour un coût total de possession très compétitif. A ce titre, produire en Italie permet d’être au cœur du marché européen et au plus près des autres acteurs du marché.

Industrialisation fiabilisée

A la fabrication, le constructeur privilégie la standardisation des sous-ensembles comme des principaux composants. Les exigences en termes de robustesse et de qualité ont été réévaluées. Les tests d’endurance ont été durcis, étant portés à 300 heures pour les cycles dynamiques sur la piste d’essais du constructeur. Les fournisseurs ont été rationnalisés, le choix de l’industriel se portant sur les marques de références : Deutz et Perkins pour les moteurs, Bosch-Rexroth pour l’hydraulique, Italcab pour les cabines,… Les structures mécanosoudées sont sous-traitées à un réseau de proximité, contribuant à la flexibilité de la production. Le catalogue d’accessoires a également été resserré autour d’un modèle deux nacelles (fixe et rotative), deux godets (classique et malaxeur), d’une potence de levage mécanique ou avec treuil hydraulique et d’un jeu de fourches type FEM. De quoi couvrir l’essentiel des applications en location, la conception d’équipements plus spécifiques pouvant être étudiée au cas par cas.

J-N.0

Photo : L’introduction des processus de production Genie dans l’usine d’Umbertine a contribué à l’amélioration de la qualité finale des machines.

Phil Graysmark, vice-président Ventes et Marketing EMEA (Genie) : « Les loueurs constituent notre socle de clientèle en élévation ; c’est auprès d’eux que nous nous développerons en manutention tout terrain. »

 

Genie Umbertine : chiffres clés

33 000 m2 superficie totale dont

10 000 m2 couverts

200 personnes

5 lignes d’assemblage

4 800 unités : production 2015* dont

2 900 chariots élévateurs à déport de charge

1 900 nacelles automotrices articulées

*prévisions