Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Construction– La France dans le Top cinq des constructeurs européens

Construction– La France dans le Top cinq des constructeurs européens

31 août 2017
<span>Construction</span>– La France dans le Top cinq des constructeurs européens

Que ce soit pour le total des ventes enregistrées ou la capitalisation boursière, la France garde sa place de leader dans le Top 50 des groupes européens de la construction, indique la nouvelle édition de l’étude Deloitte (« European Powers of Construction ») pour 2016. Celle-ci établit le classement des principales entreprises cotées et propose une analyse détaillée des vingt premières : performances par secteur d’activité et analyse comparative des résultats.

Trois des ténors hexagonaux se trouvent dans le Top 5. Vinci et Bouygues occupent la première et la troisième place du classement avec un volume d’affaires respectif de 38 et 31,7 milliards d’euros. L’entreprise espagnole ACS se glisse sur la seconde marche (31,9 milliards). Derrière le groupe suédois Skanska (15,3 milliards), Eiffage figure au cinquième rang avec un résultat de 14,3 milliards.

La capitalisation boursière des groupes français a augmenté de 7% alors qu’elle a baissé de 5% pour la moyenne européenne, souligne l’étude. « Les groupes français ont de belles performances. A contrario les groupes espagnols et britanniques connaissent des difficultés », précise Marc de Villartay, associé responsable du secteur « Construction » du cabinet d’audit et de conseils.

En Europe, l’étude constate un lent retour à des niveaux d’avant-crise. Les prévisions économiques publiées par la Commission européenne au printemps 2017, qui prévoient une progression de l’investissement de 2,7% en cette année et de 3,1% l’an prochain, tablent sur une accélération de la croissance dans le secteur de la construction.

« En Europe, les dépenses d’investissement restent néanmoins inférieures d’environ 15 % aux niveaux d’avant crise, nuance Marc de Villartay. Il reste donc des opportunités dans la zone mais les plus forts relais de croissance sont dans le reste du Monde, là où les besoins en infrastructures sont considérables ».

J.D

Crédit photo : Vinci