Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Construction – Quelles sont les fonctions les plus demandées ?

Construction – Quelles sont les fonctions les plus demandées ?

7 novembre 2017
<span>Construction</span> – Quelles sont les fonctions les plus demandées ?

Dans les travaux publics, la reprise de l’activité pousse les entreprises à renforcer leurs équipes. Les recrutements s’accélèrent, y compris dans les PME. Certaines spécialités, comme les VRD (voirie et réseaux divers) ou les fondations spéciales, sont même en tension. C’est le principal enseignement de l’« Etude rémunération 2018 » de Pagegroup. Profils les plus recherchés.

« L’emploi et le moral des cadres sont au beau fixe depuis plus d’un an et des secteurs encore en crise en 2016 retrouvent enfin des couleurs ; c’est le cas notamment du BTP, porté par la relance des projets de construction dans le neuf et le développement des activités liées au Facility Management (énergie, environnement, rénovation) », analyse Isabelle Bastide, présidente de PageGroup France.

Celle-ci ajoute : « La France continue la transformation de son économie pour rester compétitive sur le plan international. Le réel défi, dans les années qui viennent, ne sera pas la capacité à innover, qui est l’une des marques de fabrique de la France, mais notre aptitude à mettre en adéquation l’offre et la demande, la formation et les besoins en termes de compétences. »

Les travaux publics recrutent

La forte hausse des mises en chantier de logements neufs, l’annonce de la sélection de Paris pour accueillir les Jeux Olympiques de 2024 ou les projets du Grand Paris ont revigoré le secteur et généré la création de 16 300 emplois dans le bâtiment depuis 2016, observe l’étude.

Même dans les travaux publics, qui enregistrent « une reprise en demi-teinte » par rapport à l’activité de l’année précédente, les recrutements s’accélèrent. « Anticipant une croissance forte de l’activité sur la fin d’année 2017 et le début de l’année 2018, les entreprises souhaitent renforcer leurs équipes. L’attribution de projets liés au Grand Paris et la perspective des Jeux olympiques stimulent le marché, analyse l’étude. Au-delà de ces grands projets, plusieurs indicateurs (marchés conclus, recul des défaillances, hausse des heures intérimaires, arrêt des pertes d’emploi) annoncent une accélération de la reprise ces prochains mois et participent au retour de la confiance des entreprises. »

Certains profils sont d’ores et déjà particulièrement recherchés, comme celui de directeur d’exploitation TP, lequel qui encadre l’équipe travaux et production (plus de 85 KF annuels). Dans les VRD (Voirie et réseaux divers), les responsables de travaux et les ingénieurs « Études de prix » ont eux aussi la cote. Les entreprises de fondations spéciales sont quant à elles à la recherche de spécialistes. Autre évolution perceptible : après les grandes entreprises de travaux publics, les PME recommencent également à embaucher. Associées à l’urgence des besoins et à la temporalité des projets, les difficultés de recrutement favorisent le recours à des cadres en mission. Les postes de responsables travaux et de directeurs de projets sont particulièrement concernés.

Salaire des cadres

Dans les entreprises générales, les rémunérations brutes sont orientées à la baisse pour les directeurs d’exploitation (70-75 KF pour un débutant/85 et plus entre 5 et 15 ans) et les ingénieurs « Structure » (30-35/45-60). Elles le sont à la hausse pour les chargés d’affaires travaux (35/40/45-50), les ingénieurs « Etudes de prix » (30-35/40-55), les techniciens « Etudes de prix » (25-32/36-44) et les ingénieurs commercial (35-40/50 et +).

Du côté de la maîtrise d’œuvre, les salaires sont sur une courbe ascendante pour les maîtres d’œuvre d’exécution (30-35/45-60), les ingénieurs « Etudes » spécialisés en structures, CFO/CFA, CVC et VRD (30-35/45-55), les ingénieurs responsable commercial (35-40/50 et +), les économistes (26-34/40-50) et les techniciens (26-28/32-38). La courbe s’inverse pour les architectes (26-30/35-45) et les pilotes OPC (30-35/40-50).

*Cette étude s’appuie sur les missions réalisées par Pagegroup en 2016 et 2017, les entretiens effectués avec les candidats par les consultants du cabinet et l’analyse précise de sa base de données.

J.D