Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Conjoncture – La Ficime prévoit une année stable pour les matériels de BTP

Conjoncture – La Ficime prévoit une année stable pour les matériels de BTP

4 février 2020
<span>Conjoncture</span> – La Ficime prévoit une année stable pour les matériels de BTP

La Fédération des entreprises internationales de la mécanique et de l’électronique (Ficime) a publié le 30 janvier un panorama de l’activité économique pour l’année écoulée. Le solde est largement positif dans le domaine de la construction. En revanche, l’organisme professionnel se montre prudent quant aux mois à venir.

(Photo ci-dessus : après avoir connu une forte croissance l’année dernière, les fabricants d’engins de chantier s’attendent à conserver les mêmes volumes de vente en 2020. CDF)

Pour les engins de chantier, l’année écoulée fut excellente. Paru le 30 janvier, le bilan de la Fédération des entreprises internationales de la mécanique et de l’électronique (Ficime) le confirme. En effet, l’association annonce en 2019 une hausse 6,5 % en valeur de l’activité pour le matériel de construction et de manutention.

Ce bon résultat est en partie dû aux dernières livraisons découlant du suramortissement de la loi « Macron ». Par ailleurs, les achats des travaux publics ont grandement contribué à cette progression. Ce secteur affiche une augmentation de 15 %, soutenue par les projets du Grand Paris Express et par une forte hausse des investissements des collectivités locales. Ce dernier facteur a aussi profité aux équipements routiers, qui gagnent 8 %. En revanche, la branche bâtiment a dû se contenter d’une montée de 1,2 %.

L’industrie des moteurs a également connu un exercice favorable. Elle termine avec une croissance de 8 %. Ses principaux débouchés se sont révélés dynamiques. Cependant, dans le domaine des petites puissances, certains acteurs souffrent du développement des moteurs électriques.

Le retour du suramortissement

La Fédération ajoute à ce compte rendu les prévisions de ses adhérents pour le premier semestre 2020. Dans le milieu de la construction, les constructeurs tablent sur un chiffre d’affaires stable par rapport à 2019. Un coup de pouce inattendu pourrait venir d’un nouveau dispositif de suramortissement. Depuis le 1er janvier 2020 jusqu’au 31 décembre 2022, si une entreprise remplace un engin de chantier utilisé depuis plus de cinq ans par un modèle doté d’un moteur Phase V, hybride ou électrique, elle pourra appliquer à cette immobilisation un amortissement exceptionnel. Le gouvernement a pris cette mesure afin de compenser quelque peu la fin de la réduction de taxe dont bénéficiait le gazole non routier. Les motoristes restent eux aussi mesurés. Ils anticipent une croissance de 1 % et des carnets de commande à l’identique.

M. D.