Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Génie civil – Sigma Béton se tourne vers l’auscultation sonique de pieux et de parois moulées

Génie civil – Sigma Béton se tourne vers l’auscultation sonique de pieux et de parois moulées

9 mai 2016
<span>Génie civil</span> – Sigma Béton se tourne vers l’auscultation sonique de pieux et de parois moulées

Après avoir investi toute la chaîne de traitement du béton et s’être dotée des compétences nécessaires pour intervenir dans les centrales nucléaires en activité, la filiale de Vicat se tourne vers l’auscultation sonique de pieux et de parois moulées.

Damien Rogat, nouveau directeur de Sigma Béton

Damien Rogat, nouveau directeur de Sigma Béton

Avec la création d’une section « Sol & terrassement » et l’habilitation d’une équipe d’intervention sur centrale nucléaires en activité il y a cinq ans, Sigma Béton, laboratoire d’études, d’essais et de contrôles des ciments, des granulats et des bétons du groupe Vicat, a élargi le champ de ses activités dans deux grandes directions, explique Damien Rogat, son nouveau directeur.

Réseaux de fibre optique

Avec sa première diversification, il a complété sa gamme d’intervention et investit toute la chaîne de traitement du béton, depuis la formulation jusqu’à l’accompagnement des entreprises de travaux à sa mise en œuvre, en passant par la suivi de fabrication, les essais in situ et en labo pour évaluer les caractéristiques mécaniques du matériau. Chantiers phares : le viaduc de Millau ou le barrage de Sarran. Paradoxalement, le génie civil n’est pas le secteur le plus porteur pour la section « Sol & terrassement ». Celle-ci a surtout vu son activité décoller dans le dallage industriel et la pose de réseaux de fibres optiques avec RTE. Présente sur différents chantiers (Lille, Gap…), la société y vérifie la compacité des sols avant le percement, pendant et après le rebouchage des tranchées. Précision, elle intervient plutôt auprès de PME indépendantes, les grands groupes disposant de leurs propres laboratoires.

Centrales nucléaires

Avec l’habitation d’une équipe de spécialistes, Sigma Béton, qui intervenait jusqu’alors sur les seuls chantiers de centrales nucléaires neuves, s’est ouvert les portes des centrales en activité. Premier chantier : l’épaississement du radier de Fessenheim avec Bouygues et Campenon Bernard. Le laboratoire, qui peut intervenir à proximité des zones à risques en milieu nucléaire, travaille aujourd’hui sur de nouveaux appels d’offres lancés par EDF. Dans sa ligne de mire : les travaux de génie civil liés à l’installation des DUS (diesel ultime secours) ou postes de secours que l’exploitant a décidé de mettre en place après la catastrophe de Fukushima dans les centrales françaises, mais aussi à leur remise en conformité ou à niveau – 100 milliards d’euros à investir d’ici à 2030.

Essais de pieux et de parois moulées

Aujourd’hui, Sigma Béton affiche 9,1 millions de chiffres d’affaires avec une centaine de salariés. La moitié de ce chiffre est réalisé avec les filiales de Vicat, l’autre avec plus de 2 000 clients extérieurs. La filiale de Vicat vise à l’augmenter et à améliorer sa rentabilité. A cet effet, sa stratégie est triple, confie Damien Rogat. Sigma Béton prévoit de se tourner vers l’auscultation sonique de pieux et de parois moulées pour élargir encore le champ de ses activités. Deux, l’entreprise entend conserver la certification Iso 9001 (gestion de la qualité) et l’accréditation Cofrac (compétences techniques, qualité) grâce au professionnalisme de ses équipes et sa participation aux groupes de travail réglementaires et normatifs européens sur les granulats et le béton. Enfin, elle continue de renforcer ses capacités d’assistance technique et d’accompagnement des entreprises (lecture du CCTP, formulation, contrôle…). Des chargés d’affaires sont notamment chargés de mettre en avant l’expertise et l’expérience du labo.

J.D

Photo : viaduc de Millau