Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Béton – Focus sur le pompage

Béton – Focus sur le pompage

2 juillet 2015
<span>Béton</span> – Focus sur le pompage

Lancée l’an dernier par le Syndicat national du pompage de béton (SNPB) auprès des acteurs de la filière – constructeurs de matériels, spécialistes du pompage, producteurs de béton prêt à l’emploi (BPE) et entreprises de BTP -, « une enquête de satisfaction » a montrée que les bétonniers, ses principaux prescripteurs, étaient assez mal informés et trop peu familiarisés avec les techniques de pompage pour qu’ils en fassent « la promotion sereine » auprès des bétépistes qui en sont les utilisateurs finaux, explique en substance Jean-Marie Modica, président de la commission « Promotion » de l’organisation professionnelle. Cela a conduit le SNPB à revoir les grands axes de sa stratégie de communication et à faire évoluer son image. Aujourd’hui par exemple, le syndicat met l’accent sur l’intérêt du pompage pour « le cadençage » des chantiers (une production en temps voulu, suivant l’avancée des travaux) plutôt que sur la rapidité d’un process dont le rythme n’est pas toujours en phase avec celui de l’aire de travaux. Côté image, le syndicat a changé de logo et adopté le code couleur de ses homologues carriers et bétonniers. Avec la publication d’un « Guide pratique du pompage du béton prêt à l’emploi » en direction des prescripteurs, il insiste sur les arguments technico-économiques qui plaident en faveur du « seul moyen industriel de mise en œuvre du BPE. »

Prendre 5 à 10% du marché du BPE par an

Ce guide reprend les principaux enseignements d’une autre enquête comparative – grues, télescopiques, pompes et solutions mixtes – réalisée au printemps dernier par un bureau des méthodes indépendant de Lyon : réduction du nombre des opérateurs sur le chantier, diminution de la pénibilité, gain de temps à la mise en œuvre, optimisation de la qualité du béton… Une entreprise de 5 à 10 salariés qui traite trois à quatre chantiers en simultané avec des équipes de trois hommes pourrait prendre un autre marché en économisant une personne pour les coulages de fondations et de dalles, souligne Jean-Marie Modica pour faire comprendre l’intérêt économique du pompage. Forte des synergies qu’elle peut faire jouer avec les producteurs de BPE, fortes aussi d’une large gamme de flèches (de 0 à 45 m et plus) et de techniques adaptées à tous les types de pompage – délicats (rotor) ou gros débits (pistons) – et de matériaux – courants et spéciaux -, les 110 entreprises fédérées par le SNPB (80 % du matériel) se sont fixées comme objectif de faire progresser leur taux de pénétration du marché (20 % du BPE pompé en France) de 5 à 10 % par an. Dans un contexte qui a vu les livraisons de BPE chuter de 25 % depuis 2008, le syndicat estime que la marge de progression de ses adhérents se trouve davantage dans le bâtiment que dans le génie civil (fondations profondes, ouvrages d’art…), un secteur déjà largement acquis au pompage. Mais les géniecivilistes tireront certainement profit d’un ouvrage qui détaille les différentes typologies de chantier et les prescriptions de mise en œuvre ad hoc. Tout comme leur sera probablement utile le formulaire « Allo commande » que le SNPB met désormais à la disposition des entreprises. Un document qui clarifie « le schéma de prise de commande », de manière à lui fournir ensuite le matériel le plus adapté (sécurité…) à ses travaux.

J.D

Chiffres clés

 

200 entreprises de pompage

1 500 pompes à béton

6 millions de m3 de béton pompés par an

1 000 pompages par jour

25 m3 pompés par intervention en moyenne