Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Entreprise, Matériels - Paul Bazireau, Président du Directoire Entreprise Charier – « La transition écologique est au coeur de notre stratégie »

Paul Bazireau, Président du Directoire Entreprise Charier – « La transition écologique est au coeur de notre stratégie »

7 octobre 2020
<span> Paul Bazireau, Président du Directoire Entreprise Charier <span/> – « La transition écologique est au coeur de notre stratégie »

Comment avez-vous vécu la période de confinement ?

Comme de nombreuses entreprises de TP, nous avons choisi d’arrêter nos 150 chantiers en cours le dès le 17 mars afin de protéger nos salariés. Après avoir mis en place, avec notre médecin salarié, un protocole sanitaire efficace et adapté à la dangerosité de la Covid-19, avec obligation du port du masque en permanence sur les chantiers, nos activités ont pu reprendre progressivement. Grâce à un carnet de commandes fourni, des conditions climatiques convenables et des équipes très déterminées, mai juin et juillet ont été de bons mois, avec un niveau d’activité élevé, même si certains donneurs d’ordre ont tardé à autoriser la reprise des chantiers. Les quatre semaines d’arrêt ont un impact sur le chiffre d’affaires que nous évaluons à 12% du volume d’activité annuelle de l’entreprise.

Avez-vous pris des dispositions particulières pour faire face cette situation inédite ?

Dès le début, nous avons fait le choix de respecter toutes nos échéances auprès de nos partenaires habituels. Nos fournisseurs ont joué le jeu à nos côtés. Il en est de même pour la communauté bancaire, qui a été à l’écoute et très réactive. Cela nous a permis de renégocier notre échéancier de remboursement. Après avoir défini nos prévisions de trésorerie, nous avons aussi décidé de ne pas recourir au prêt garanti par l’Etat. Le PGE ne nous était pas indispensable.

Comment appréhendez-vous la rentrée ?

Je partage le constat et les inquiétudes de la profession. Depuis mars, le niveau des appels d’offres est significativement en baisse. Il s’est contracté d’environ 50% pendant le confinement et depuis le déconfinement, il reste inférieur de l’ordre de 30% au niveau habituel. Cela nous rappelle la dernière crise, quand en 2015, la commande publique avait fondu de 30% dans nos métiers entraînant la destruction de quelque 1 000 emplois dans les TP pour le seul département de la Loire-Atlantique. Notre inquiétude est d’autant plus vive que la grande faiblesse actuelle des appels d’offres nous promet un premier semestre 2021 très compliqué. Même si, à l’instar du conseil départemental de Loire Atlantique, certaines collectivités ont déjà lancé des plans de relance locale, il est urgent que les équipes municipales, nos principaux donneurs d’ordre publics, reprennent les programmes de travaux prévus et travaillent d’arrache pieds pour sortir des appels d’offres. Cela d’autant que les besoins sont avérés au regard de l’état de notre patrimoine d’infrastructures, une importante dette grise ayant été constituée entre 2015 et 2017.

Votre stratégie a-t-elle changé ?

Nous retravaillons notre feuille de route pour la période 2020-2025. Lors de la précédente période, différentes voies de développement ont été investiguées en diversifiant nos activités, notamment dans la déconstruction et avec la finalisation d’opérations de croissance externe dans nos métiers historiques. Cette approche sera reconduite. Nous sommes toujours preneurs de développement par acquisition dans l’Ouest. En revanche, nous n’avons pas de velléités d’intervenir sur l’ensemble du territoire. Les enjeux de développement durable sont prégnants. La transition écologique est au cœur de notre stratégie.

Quelles sont vos perspectives d’activité pour la fin de l’année et 2021 ?

Si les collectivités se mobilisent très rapidement, il est possible de « sauver » l’exercice 2021. Les besoins sont là. Les projets existent. Certains chantiers, nécessitant peu d’études peuvent être lancés sans délais. A ce stade, nous anticipons une légère baisse sur l’exercice en cours. L’essentiel de notre chiffre d’affaires est généré par les TP et les travaux urbains dans l’Ouest. Sur ce périmètre, il est urgent que des projets soient relancés pour nous permettre de maintenir l’activité en 2021. Les activités Grands Travaux maritimes et fluviaux et Grands Travaux terrassement disposent d’un carnet de commandes qui n’inspire pas d’inquiétudes à moyen terme. Cela d’autant plus que dans le cadre des projets de relance européenne, le projet de canal Seine Nord pourrait accélérer. Il en est de même sur le Grand Paris. En outre à l’échelle nationale, la volonté de dynamiser le ferroviaire pourrait contribuer à lancer de nouveaux chantiers. L’accélération attendue de la transition écologique passera nécessairement par des travaux d’infrastructures, notamment dans l’éolien, permettant d’espérer si les financements suivent un niveau d’activité assez soutenu pour les entreprises de TP.

« Les quatre semaines d’arrêt ont un impact sur le chiffre d’affaires que nous évaluons à 12% du volume d’activité annuelle de l’entreprise. »

Comment évoluent vos investissements ?

Nous n’avons pas réduit nos investissements en 2020. Nous faisons le pari que le marché trouvera à rebondir. Cette année, l’enveloppe est maintenue à une vingtaine de millions d’euros, dont une douzaine pour les matériels roulants. Nous avons renouvelé l’usine d’enrobage de Cholet pour 3,5 millions d’euros et commandé un deuxième poste mobile, en partenariat avec Roger Martin. Comme pour les matériels roulants, ces investissements sont fléchés pour assurer la décarbonation de nos activités. Dans une entreprise de TP, le parc de matériel et l’outil de production sont les deux principaux postes d’émissions de carbone. Nous tendons vers l’hybridation des matériels roulants avant de pouvoir accéder à l’hydrogène. Même si l’offre est embryonnaire, cette technologie est l’avenir.

Maintiendrez-vous ce niveau d’investissements en 2021 ?

Nous élaborerons notre enveloppe d’ici à la fin de l’année. Elle devrait répondre aux mêmes objectifs que l’actuelle. Il n’y aura pas de changements majeurs. Concernant les modalités de financement, la question de louer ou d’acheter se pose de manière cruciale dans les groupes où la performance est mesurée à la création de valeur et au retour sur investissement. Dans les entreprises qui raisonnent sur le long terme, l’enjeu est différent, dans la mesure où la recherche de l’amélioration de la performance purement financière n’est pas l’objectif à court terme. Le paiement à l’usage ne peut être généralisé. Pour autant c’est une solution très utile en complément d’un produit classique d’acquisition en pleine propriété ou de location longue durée. C’est ce que l’on pratique chez Charier, avec un parc de matériel stable et permanent qui appartient à l’entreprise et qui est dimensionné pour assurer un nombre d’heures minimales chaque année. Le recours ponctuel à la location permet de faire face à la variation de l’activité.

Comment se traduit la transition énergétique dans laquelle l’entreprise est engagée ?

La stratégie est initiée depuis le siège, la Direction du Matériel et des Achats fait des propositions (sélection de fournisseurs, …) et met à disposition des solutions (éco conduite, …). Les initiatives sont prises ensuite localement par les responsables opérationnels. L’objectif est le même pour tous : réduire significativement l’empreinte carbone de l’entreprise à l’horizon 2030.

« Si les collectivités se mobilisent très rapidement, il est possible de « sauver » l’exercice 2021 »

Le contexte actuel est-il propice à l’innovation ?

Si leur contribution directe est encore marginale, les techniques et procédés innovants nous ouvrent de nouveaux marchés et nous positionnent sur des affaires en « mieux disants ». C’est d’autant plus important que l’on observe une réelle appétence des maîtres d’ouvrage pour ces solutions plus performantes, en particulier sur le plan environnemental. Des solutions innovantes telle que Satis, Solif ou encore Helianthe, sont donc appelés à se développer à moyen et long terme.

Etes-vous favorable à un changement dans les modes de contractualisation ?

Il serait souhaitable que les marchés publics soient ouverts à variante. Dans le cadre de ces appels d’offres, les entreprises sont confrontées à un cahier des charges strict, qui ne permet pas de proposer d’amélioration. L’entreprise, qui n’a pas la possibilité d’innover, se contente d’exécuter un marché qui n’est pas forcément optimisé ni sur le plan technique, ni sur le plan écologique, ni sur le plan économique. Ouvrir systématiquement ces marchés à variante permettrait d’introduire des techniques et procédés novateurs, avec des performances supérieures. A terme, il est possible d’imaginer, comme c’est déjà le cas pour la commande privée, de lancer plus de projets en conception réalisation, nos entreprises s’étant renforcées en bureau d’études.

Seriez-vous disposés à colorer vous-même votre gasoil ?

La suppression de l’avantage fiscal sur gasoil non routier s’inscrit dans une logique. Il y avait une forme de contradiction entre vouloir réduire la consommation d’énergie fossile et la détaxer. A nous de gérer cette suppression dans les délais prévus et de prendre en compte l’augmentation induite dans nos calculs de coût. Notre niveau de marge ne nous permettant pas d’absorber ce surcoût, l’objectif est de pouvoir répercuter cet impact dans le prix de nos prestations. Pour ce qui est de la coloration, nous considérons que la coloration doit être faite par les producteurs de carburants. Cela, afin d’assurer le bon dosage du colorant, sans aléas, et de réaliser le mélange dans les conditions de sécurité requises.

La structure de l’Entreprise Charier constitue-t-elle un avantage concurrentiel ?

Je suis convaincu que ces entreprises patrimoniales ont un grand avenir, s’agissant de structures familiales à taille humaine avec une forte dimension sociale et un engagement RSE affirmé. C’est pour moi, le capitalisme de demain. La crise que nous affrontons met en exergue cette notion de bien commun et impose la transition écologique comme la priorité pour toutes les entreprises. Des enjeux que des structures comme Entreprise Charier ont anticipé et qui nous positionnent pour relever de nouveaux défis.

Propos recueillis par Jean-Noël Onfield

 

Entreprise Charier

Chiffres clés
278 millions € : CA 2019
+9,5% : évolution 2019/2018
1400 salariés
5 métiers
41 filiales et agences
33 sites de gestion des déchets inertes
15 carrières
15 agences travaux
9 usines d’enrobage dont 1 mobile