Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Entreprise, Marchés - Entreprise – Fondasol acquiert la société canadienne Solroc

Entreprise – Fondasol acquiert la société canadienne Solroc

2 novembre 2020
<span> Entreprise <span/> – Fondasol acquiert la société canadienne Solroc

En bouclant le rachat de cette PME québécoise, le spécialiste de la géotechnique en France acquiert de nouvelles compétences dans les métiers de l’environnement et du contrôle qualité des matériaux.
« Le potentiel de développer la société au Canada nous a convaincu », explique Olivier Sorin, président du groupe Fondasol. « Solroc présente de nombreuses similitudes avec le groupe, et des leviers de développement que nous maîtrisons bien ». L’opportunité est également géographique, avec l’opportunité de diversifier les implantations de Fondasol à l’international, dans une province à fort potentiel et un pays à prospecter. « Depuis son unique implantation à Saint-Laurent, au Québec, Solroc opère aujourd’hui dans tout le pays. En dupliquant notre modèle, Solroc pourrait étendre sa base d’opérations et de clientèle et étoffer plus encore son offre en géotechnique, environnement et contrôle qualité des matériaux, ainsi que son expertise dans les investigations in-situ complexes », pense Olivier Sorin. « Les enjeux environnementaux priment au Canada, quand ce sont les enjeux géotechniques qui conditionnent tout projet de construction en France ». A ce titre, Solroc peut se prévaloir d’une expertise dans les domaines de l’environnement, de l’ingénierie géotechnique et du contrôle qualité des matériaux acquise depuis 35 ans, sur un marché porteur pour les grands projets d’infrastructure ».

Olivier Sorin, président de Fondasol : « nous continuons d’étoffer notre offre multi-expertise, afin de nous différencier tout accélérant notre développement international »

Guichet unique

L’un des enjeux réside donc dans la capacité des équipes canadiennes à décliner une offre géotechnique élargie adossée portée par approche innovante de l’ingénierie de la construction, des infrastructures et des ouvrages d’art. Parmi les axes de croissance identifiés, la capacité à proposer des offres techniques élaborées dans le domaine de la géotechnique. Cette dernière, qui ne représente « que » 35%, contre 50% pour l’environnement, des 6 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisé en 2019, est appelée à progresser. A l’instar de Fondasol, qui est le guichet unique pour une palette d’une quinzaine de métiers pluridisciplinaires (géotechnique, géophysique, géologie, hydrogéologie, …), Solroc doit adopter cette approche multi-expertises, dans la limite des pratiques des métiers dans les deux pays. L’adossement de la société doit donc lui permettre de répondre à appels d’offre plus complexes.Fondaol étoffe son offre multi-expertises, qui est un axe incontournable pour faire la différence sur le marché de la construction et de la rénovation.

Internationalisation

Réalisant plus de 10% de son chiffre d’affaires en dehors de la France, Fondasol ambitionne de doubler cette contribution à l’horizon 2025. Pour atteindre cette objectif, la croissance externe reste la méthode la plus rapide et la plus pertinente. Le développement organique des succursales marocaine, sénégalaise et luxembourgeoise doit également contribuer à la réussite du projet. L’enjeu est d’importance, au regard d’un marché français contraint et dont les perspectives à court terme sont peu favorables. « Les chantiers du Grand Paris et des Jeux Olympiques ont fait grossir la taille du marché de la géotechnique de manière artificielle, avec un tarissement de la demande à court terme », commente Olivier Sorin. « Même si la géotechnique de conception reste porteuse, nous nous devons d’anticiper ce retournement de marché attendu en 2022 et dont les conséquences seront aggravées par le nombre d’acteurs ».

J-N.O

Légende : Le Canada est porteur dans le domaine de l’ingénierie de grands projets d’infrastructure.