Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Entreprise - Eiffage – Du curage au jardinage, Sekoya recrute large

Eiffage – Du curage au jardinage, Sekoya recrute large

29 janvier 2020
<span>Eiffage</span> – Du curage au jardinage, Sekoya recrute large

Créé par Eiffage et Impulse Partners en juin dernier, le club industriel Sekoya a dévoilé le 27 janvier le résultat de son premier appel d’offres. Ce concours visait à sélectionner des systèmes qui relèveraient de l’urbanisme et contribueraient à réduire les émissions de CO2. Parmi les finalistes, certains procédés concernaient les travaux publics.

(Photo ci-dessus : les lauréats du première appel d’offres du club industriel Sekoya lors de la remise de trophées. EIFFAGE)

Les temps sont aux inventaires écologiques. Les grands groupes inspectent leurs activités et commencent à chercher des moyens de moins peser sur la planète. Si les effets de ce mouvement sont encore minimes, son existence marque tout de même un petit changement des mentalités. Le BTP participe à cette dynamique. Ce début d’année a notamment vu Vinci s’engager à réduire ses émissions de CO2 de 40 % d’ici 2030. Le 28 janvier, c’était au tour d’Eiffage d’annoncer les lauréats du premier appel d’offres émanant de la plate-forme Sekoya.

L’entreprise de construction a lancé cette structure en juin 2019, avec la société Impulse Partners. Sekoya cherche de nouvelles technologies qui contribuent réduire nos dégagements de gaz à effet de serre, puis met en relation leurs créateurs avec des acteurs susceptibles de contribuer à leur développement. Eiffage oblige, ces procédés doivent toucher à des domaines liés à l’urbanisme, tels les transports, les bâtiments, les aménagements extérieurs ou la production d’énergie renouvelable.

Toute la chaîne de valeur

Depuis l’été dernier, le duo a convaincu neuf autres entités* d’adhérer son initiative. « Nous avons été suivis par l’ensemble la chaîne de valeur, se félicite Benoît de Ruffray, président-directeur général d’Eiffage. Nous allons ainsi accompagner l’industrialisation du bas carbone dans toutes ses dimensions. » Cette dernière a donc troqué la dénomination de « plate-forme » pour celle de « club industriel ».

Pour mener à bien sa mission, ce consortium procède par appel d’offres. Le premier, amorcé il y a trois mois, a recueilli 57 candidatures. Son équipe a sélectionné dix finalistes. Ces derniers ont présenté leur système le 27 janvier devant un jury composé de représentants des membres du groupement. Cinq lauréats ont finalement été choisis pour rejoindre le programme.

Vendre les rebuts de démolition

Au sein de ce quintette, deux procédés pourraient intéresser le secteur des travaux publics. Backacia possède un site internet où des maîtres d’ouvrage ou des entreprises peuvent vendre des objets issus d’opérations de déconstruction. Outre cette activité de courtier, la jeune pousse propose diverses prestations de conseils pour le recyclage de rebuts de chantier. Du côté de l’aménagement, la société Source urbaine a conçu une grande jardinière étanche qui contient un réservoir recouvert de terre. Le dispositif se raccorde facilement à une évacuation d’eau de pluie. Le liquide collecté peut ainsi alimenter des plantes.

Plus résistant que la roche

Parmi les produits écartés, on retiendra le granulat de Misapor. Fabriqué à partir de déchets en verre, ce composé peut être utilisé pour édifier des remblais plus légers que la normale, une caractéristique avantageuse quand le sol affiche une mauvaise portance. Quant à Technocarbon Technologies, ses fondateurs ont imaginé le Carbonfibrestone, un matériau composite qui associe de la pierre et des fibres de carbone biosourcées. Selon l’entreprise, son invention est plus légère que l’aluminium mais plus résistante que la roche, tout en résistant à la corrosion.

Après ce coup d’essais, Sekoya devrait lancer d’autres appels d’offres dans le courant de l’année. Par ailleurs, Eiffage a créé en septembre à Dakar une déclinaison africaine.

* : Covivio, CSTB, Gerflor, GRDF, Legrand, Saint-Gobain, l’Union social pour l’habitat, Vicat

M. D.