Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Édito - La construction en marge de la reprise

La construction en marge de la reprise

1 septembre 2015
La construction en marge de la reprise

Alors qu’en dépit des turbulences financières et politiques, la zone Euro conforte son redressemnent et que l’économie française affiche quelques signes de reprise, le secteur de la construction est toujours en berne.

Le redressement économique se profile depuis le début de l’année. Les effets attendus des politiques de soutien aux entreprises engagés par le Gouvernement et la concrétisation des premiers des 32 chantiers retenus dans le plan Juncker pour la France doivent permettre de conforter cette reprise. Les taux d’intérêts encore bas et le prix de l’énergie très compétitif y contribuent aussi. Il est vraisemblable que le PIB de notre pays affiche une progression de 1,2% environ en 2015. Il est sera différemment pour la filière de la construction, le Bâtiment comme les Travaux Publics restant enlisés. Tous les indicateurs du BTP ont atteint leur plus bas niveau depuis 20 ans, à l’exception, dans le Bâtiment, des travaux de réhabilitation tirés par l’éco-prêt à taux 0, la TVA à 5,5% et le crédit d’impôt pour la transition énergétique. Les défaillances d’entreprises se précisent tout comme la destruction de l’emploi. Comme le Bâtiment mais de manière encore plus marquée, les TP sont tributaires de la reprise toujours attendue de l’investissement. En aval, la filière Matériel est fortement impactée. Au deuxième trimestre, les distributeurs de matériels, qui souffrent de la faiblesse de l’activité dans le secteur de la construction, ont vu leur chiffre d’affaires plonger de 12%. Les loueurs s’en sortent mieux, leur chiffre d’affaires ne reculant « que » de 1%. De nouveaux replis qui affectent deux filières professionnelles confrontées à une dégradation de leur activité sans précédent depuis deux décennies et qui, à court terme auront des conséquences structurelles de la Distribution et de la Location. Pour ces deux métiers, la réalité du marché français est facteur de concentration. Elle est également source de réflexion pour une nouvelle approche dans la pratique de ces métiers techniques que l’essor de la nouvelle économie n’épargnera pas.

J-N.O